Charlotte Brontë, le poème qui valait 100,000 £

Xavier S. Thomann - 11.04.2013

Edition - Société - Charlotte Brontë - Poème - Bonhams


Dans la série des vieux papiers qui valent très cher, Charlotte Brontë, une jeune fille qui la cote. En effet, l'un de ses poèmes de jeunesse vient de trouver acquéreur lors d'une vente aux enchères chez Bonhams pour la modique somme de 100,000 livres. Les vieux manuscrits, le seul secteur qui ne connaît pas la crise. 

 

 

Le texte en question n'est pas un chef-d'oeuvre, mais quand on a écrit Jane Eyre, tout devient immédiatement plus attrayant. Qu'importe si l'auteur n'avait que treize lors de l'écriture, et que le bout de papier en question soit minuscule (c'était une famille économe paraît-il) et l'écriture illisible. 

 

Ce texte, intitulé « I've been wandering in the greenwoods », autrement dit « je me suis promenée dans les forêts verdoyantes » (tout un programme), faisait partie de la collection de l'universitaire Roy Davids. Le prix avancé lors de l'estimation se situait entre 40 et 45,000 £. Le texte aura finalement trouvé preneur pour le double. Voilà qui fait cher l'inspiration enfantine répandue sur huit centimètres carrés. 

 

Pour se rassurer, considérons que la maison de ventes parlait d'une pièce « extrêmement rare », et qui a le mérite d'être plus originale que les 200 autres poèmes écrits par Charlotte Brontë. Ouf !

 

De plus, Luke Batterham explique : « Les manuscrits poétiques de Brontë sont rares, et c'est encore plus rare qu'ils se retrouvent dans des ventes aux enchères ». Il ne s'étonne pas du prix auquel le texte a été adjugé. 

 

Voici le cher poème dans son intégralité : 

I've been wandering in the greenwoods
And mid flowery smiling plains
I've been listening to the dark floods
To the thrushes thrilling strains

 

I have gathered the pale primrose
And the purple violet sweet
I've been where the Asphodel grows
And where lives the red deer fleet.

 

I've been to the distant mountain,
To the silver singing rill
By the crystal murmering mountain,
And the shady verdant hill.

 

I've been where the poplar is springing
From the fair Inamelled ground
Where the nightingale is singing
With a solemn plaintive sound.