Chassé de l'hébergeur Amazon, Wikileaks passe par la boutique

Clément Solym - 09.12.2010

Edition - Société - wikileaks - amazon - cables


Alors qu'en sa qualité d'hébergeur, Amazon avait décidé de virer Wikileaks comme un malpropre, le cybermarchand n'est pas au bout de ses surprises. Encore que...

En effet, d'une part, les équipes de hackers ont décidé de punir les sociétés qui ont mis des bâtons dans les roues du site Wikileaks qui diffuse les câbles de la diplomatie américaine. Et parmi elles, on compte évidemment les banques (Mastercard, Paypal et Visa), pour ce qu'elles ont coupé les arrivées de vivre de Wikileaks.

Mais ce sont également les sites Amazon et Facebook qui comptent parmi les prochaines futures victimes des pirates, décidés à faire justice eux-mêmes. Si les hackers, nommés Anonymous, n'ont aucun lien direct avec le site, leur solidarité semble reflèter « l'opinion publique » des actions portées contre le site... En tout cas, l'attaque qui pourrait être menée contre Amazon semble bel et bien en route.

De retour ? Non, toujours là

Or, donc, Amazon avait chassé Wikileaks, estimant que le site violait les conditions d'utilisation de son service d'hébergement. Mais si on vous ferme la porte, passez par la fenêtre. Et c'est exactement ce que les câbles de Wikileaks ont fait, en proposant une version Kindle, vendue chez Amazon.co.uk. (notre actualitté)


WikiLeaks documents expose US foreign policy conspiracies. All cables with tags from 1- 5000, de son petit titre est vendu 7,37 £. 5000 des 250.000 petits morceaux de secrets américains vendus pour une somme dérisoire et proposés depuis le 29 novembre. (à cette adresse)

En somme, le livre était disponible avant qu'Amazon ne décide de virer Wikileaks, et pour le coup, n'est en rien une vengeance. Le cybermarchand n'a toujours pas réagi depuis le temps, mais maintenant que la presse commence à en parler, peut-être le livre sera-t-il supprimé...