Chatel est intervenu pour que la rentrée se passe bien

Clément Solym - 13.09.2010

Edition - Société - chatel - rentre - scolaire


Ce matin au micro de RTL, le ministre de l'Éducation contre les pellicules et de la lutte contre la calvitie, Luc Chatel était tout fier de répondre aux questions posées par le rapport désastreux pointant une rentrée 2010 passablement catastrophique...

« Nous sommes intervenus pour que la rentrée se passe bien », répondait alors le ministre pour faire taire les détracteurs qui avaient pointé des coupures budgétaires drastiques impactant directement le bon déroulement de la rentrée scolaire.

Selon le ministre et porte-parole du gouvernement, le rapport avait pour unique vocation de lui signaler « d'éventuelles difficultés dans l'organisation de la rentrée », mais en aucun cas, mais alors aucun du tout, il ne cerne une situation réelle ni actuelle. Alors, c'est chouette, citoyen, sache que l'on fait des rapports inutiles pour parler de situations qui n'existent pas. Vive la France.

Et le ministre d'en rajouter une couche, rapporte l'AFP : « Exemple, il m'alertait sur le non-renouvellement d'une fonctionnaire sur deux par­tant en retraite et qui pouvait créer des tensions ici ou là. Nous avons travaillé à par­tir des situations de chaque établissement avec les recteurs. Et donc, je n'ai pas imposé d'en haut, de Paris, depuis le ministère la suppression des postes. » Quant à la problématique des professeurs stagiaires non formés, Chatel a beau jeu d'opposer le tutorat de 6 mois, pour tenter de faire oublier l'absence complète de réelle formation.

D'ailleurs, aucune crainte : « Le système va s'améliorer : nous avons mis en place des stages d'observation en 4e année (d'études) et de mise en situation devant les élèves en 5e année », se borne à répéter le ministre. De toute manière y'a trop de professeurs, la preuve c'est qu'en 1995, ou pas loin, ils étaient 45.000 de moins alors qu'il y avait 700.000 élèves de plus.

Cette année, on estime que tous établissements confondus, l'Éducation nationale compterait 12 millions d'élèves.