Chez Amazon, on pisse dans une bouteille pour éviter des sanctions

Clément Solym - 16.04.2018

Edition - International - toilettes Amazon travail - travail employés Amazon - conditions travail Amazon


Selon les données avancées, Amazon détiendrait la moitié du marché du livre papier aux États-Unis. Mais la domination sur la vente en ligne déborde largement du cadre de cette industrie, outre-Atlantique. Et finalement, partout dans le monde. Sauf qu’une récente série de témoignages met une fois de plus en cause les méthodes de management de l’entreprise. 


Waterless urinal at the project office - Urinoir sans eau au bureau du projet
SuSanA Secretariat, CC BY 2.0 (photo d'illustration)

 

 

Citant Jeff Bezos, les auteurs d’un rapport d’évaluation présenté à l’Assemblée nationale rappelaient que « les gens font plus facilement ce qui est commode et ne demande pas le moindre effort ». Et c’est précisément ce pari qu’Amazon a fait depuis le début de son activité : faciliter les transactions, les réceptions, en maintenant une offre la moins chère possible. 

 

Mais tout cela, comme le signifiait le rapport, découle avant tout des solutions fiscales trouvées par l’entreprise pour minimiser le paiement d’impôts. Le rapport des parlementaires indique que la société profite « des écarts de législations fiscales entre États membres de l’Union européenne – comme elle le fait d’ailleurs entre les États américains –, a choisi de faire converger les chiffres d’affaires réalisés dans les pays européens vers une filiale basée au Luxembourg, où le régime de l’impôt sur les sociétés est beaucoup plus avantageux ». 

 

Certes, TVA et charges sur les salariés sont acquittées dans le pays, mais, pour le reste, cette habileté à trouver les méthodes les plus efficaces a mis la firme à l’abri. 

 

D’un côté, la fiscalité, donc, et de l’autre, les employés qui œuvrent dans les centres logistiques, souffrant de toute évidence de conditions de travail parfois déplorables. C’est ainsi qu’au fil du temps, les récits se sont multipliés, montrant toute l’ampleur tant de la surveillance que du régime salarial éprouvant. 

 

La pause pipi sacrifiée


Dans un récent billet, The Sun fait ainsi état d’une situation délirante, dans les entrepôts britanniques. Les travailleurs auraient – le conditionnel est presque nécessaire pour ne pas se décrocher la mâchoire – à uriner dans des bouteilles. Pas par plaisir : simplement, leur pause pipi pourrait être décomptée de leur salaire, si elle est trop longue. 

 

Pire : Amazon UK pourrait les sanctionner pour une trop longue période d’inactivité – entre le moment où ils/elles quittent leur poste pour se rendre aux toilettes, et le retour à l’activité. L’entrepôt en question mesure plus de 65.000 mètres carrés, et parvenir aux toilettes peut ainsi prendre près de dix minutes. Une durée qui les contraint à une absence que l’entreprise pourrait alors sanctionner.

 

Infiltré dans un entrepôt du Staffordshire, James Bloodworth raconte cette délirante situation : « Pour ceux d’entre nous qui travaillaient à l’étage supérieur, les toilettes les plus proches sont à quatre étages. Les gens faisaient pipi dans des bouteilles, parce qu’ils vivaient dans la peur d’être sanctionnés pour le temps perdu, et de perdre leur emploi, parce qu’ils avaient besoin d’aller aux w.c.. »

 

Bilan “en demi-teinte” de la loi anti-Amazon 2014
sur les frais de port

 

On sait que la firme trace les moindres faits et gestes de ses employés, cherchant toutes les méthodes pour optimiser le moindre déplacement, et s’assurer que toute seconde est employée pour le bénéfice de l’entreprise. Une enquête présentée ce 16 avril indique même que les trois quarts des personnels redoutent la pause pipi.

 

L’un d’entre affirme ne pas boire d’eau pour ne pas avoir à se poser la question. Et de toute manière, « vous devez emballer deux produits par minute : vous n’avez pas le temps de boire de l’eau parce que vous allez aux toilettes après ». Un déplacement qui fait perdre de précieuses secondes sur les délais d’acheminement et donc de livraison – et une petite machine rappelle alors à l’ordre le contrevenant à l’impératif de rentabilité. 

 

Une autre employée affirme que, durant sa grossesse, elle fut malade, et celui lui valut des avertissements de la part de la hiérarchie. 

Chez Amazon, on ne coupe pas encore
la main des voleurs – pas encore...


Voilà près de deux ans, la firme avait déjà été pointée du doigt pour les conditions de travail de ses employés, cette fois en Écosse. En effet : les salariés dormaient sous une tente près de l’entrepôt, pour être plus proches de leur lieu de travail. C’était en plein mois de décembre, avec des températures se rapprochant de 0... 

 

Or, le personnel n’avait pas les moyens de prendre les transports pour se rendre au travail – la navette affétée par la boîte coûte 10 £ par jour, alors que la plupart des employés perçoivent un revenu de 7,35 £ journalier.

 

« Amazon devrait avoir honte de payer si peu ses employés, qu’ils aient à camper en plein milieu de l’hiver, pour joindre les deux bouts. Amazon devrait se reprendre et corriger le tir », annonçait un salarié, resté anonyme. On n’aura jamais su comment cette histoire s’est réglée.
 

mise à jour 19 avril :


Amazon est sorti de ses toilettes, pour nier en bloc toutes les déclarations ci-dessus. Enfin, pas véritablement nier : simplement affirmer que l'entreprise ne se reconnaissait pas dans cette description. Et que ses salariés sont « autorisés à utiliser les toilettes en cas de besoin ».
 


Commentaires

Ce sont les gens qui ont 2h30 de temp d arret qui se plaignent. Ces gens la pensent etre au collège plutot qu au travail
Et après on a le droit à des remarques de la part de journaliste anglo saxons qui disent que la grève en France cela ne sert à rien et qu'ils devraient se soustraire aux entreprises. Porter atteinte aux droits fondamentaux pour un job dégradant non merci.
Si nous même, client, nous étions d'accord pour être livré en 1 semaine, au lieu d'une demi journée, ces employés ne seraient pas sous pression constante. Nous sommes autant responsable que les employeurs.
Je n'utilise pas les services de cette entreprise, c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour ne pas encourager ces pratiques .
rolleyes Je boycotte cette entreprise depuis un moment, je ne veux pas participer à tout cela ! Tout le monde cherche toujours plus vite et moins cher, mais on oublie qui est derrière pour faire fonctionner tout ça !
Moi aussi

Je préfère me passer de quelque chose ou le payer 2 fois plus cher que de commander chez Amazone.

Je pense que l on a très peu de pouvoir dans la vie: un des rares qui nous reste est d'êtte consommacteur. Chaque achat que je fais me permet de défendre un type de modèle de société.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.