Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Chez Disney, c'est une IA qui détermine quelles histoires vont marcher

Bouder Robin - 22.08.2017

Edition - Société - disney algorithmes - intelligence artificielle - robot écrivain


Entre Pixar, Marvel et Star Wars, Disney n'a peut-être jamais été aussi populaire, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut se laisser aller. Des chercheurs de Disney travaillent à une technologie qui permettrait de déterminer quel type d'histoires marchent mieux que les autres auprès du public, en se basant sur une série de courts textes piochés sur internet.

 

Bios robotlab writing robot.jpg

Mirko Tobias Schaefer - ZKM Medienmuseum, Karlsruhe, Germany (CC BY 2.0)

 

 

La technologie fait décidément bien des merveilles ! Et les chercheurs de Disney ne sont pas les derniers en la matière : récemment, ils ont mis au point une ébauche de réalité augmentée partagée, une technique de reproduction en animation d'un discours en temps réel, ou encore un projecteur de visages... Et si l'on a parfois du mal à imaginer ce que tout cela pourrait donner concrètement, il y a bien une technologie qui nous parle plus.

 

Disney s'émancipe de Netflix, avec Marvel dans ses bagages


Il s'agit d'une sorte d'intelligence artificielle sur laquelle travaillent des chercheurs de la firme aux grandes oreilles et l'université du Massachusetts à Boston ; des réseaux neuronaux qui déterminent la popularité d'une histoire. Attention, on ne parle pas encore de critique littéraire approfondie, mais la machine peut prédire quels textes courts vont être les plus populaires auprès du public.

 

« On ne peut pas encore l'utiliser pour élire le vainqueur d'un concours d'écriture », tempère le scientifique Boyang Li dans un communiqué. « Mais on peut l'utiliser pour guider de futures recherches. » Pour tester l'IA, les algorithmes se sont basés sur Quora, réseau social sur lequel chacun peut poser une question ou répondre à d'autres, sur n'importe quel sujet – des réponses que l'on peut également liker... Sur les 55 000 réponses prélevées par les chercheurs, 28 000 sont pu être assimilées à de courtes histoires, de 369 mots en moyenne.

 

Et de concevoir 2 réseaux neuronaux différents : un pour analyser la structure de l'histoire, section par section ; un autre pour la regarder dans son ensemble. En se basant sur les likes des utilisateurs, l'intelligence artificielle a pu déterminer quelles histoires étaient les plus populaires – à défaut de déterminer leur qualité... pour le moment. Car les chercheurs se posent aussi cette question-là.

Si une intelligence artificielle réussissait à déterminer la qualité d'un texte, les possibilités seraient incroyables : et si elle pouvait elle-même écrire des histoires dans un futur proche ? « La capacité à prédire la qualité d’une histoire a un impact sur la création de l’histoire et sa compréhension », explique Markus Gross, vice-président de la recherche chez Disney. « Pour évaluer sa qualité, l’IA doit comprendre le texte à un certain niveau. Pour que les IA puissent écrire des histoires, il faut qu’elles soient conscientes de la qualité de ce qu’elles produisent. »

 

Emma, le robot qui détecte les plagiats littéraires

 

Mais patience, nous n'en sommes pas encore là ; il semble bien que pour le moment, on se limite à juger de la popularité d'un texte. Pour autant, on peut y trouver d'autres intérêts : on peut par exemple imaginer qu'une telle technologie pourrait être utilisée par des studios de cinéma pour choisir les scripts qui feront venir les spectateurs... Même si l'on sait bien que les histoires les plus populaires ne sont pas forcément les meilleures.


Via Phys.org

 

L'intelligence artificielle au service du livre et de la lecture