Chiffre d'affaires en baisse, marges en hausse

Clément Solym - 01.04.2012

Edition - Economie - Editeurs - Etats-Unis - Livre numérique


L'information pourrait sembler paradoxale : plusieurs grands éditeurs américains ont relevé en 2011, malgré une baisse de leur chiffre d'affaires, une augmentation de leurs bénéfices. A cause, ou grâce au livre numérique.

 

En 2011, selon un rapport publié par Bertelsmann la semaine dernière, Random House a recensé 40 000 titres disponibles dans son catalogue d'ebooks et, alors que ses revenus ont chuté pendant un an, sa marge opérationnelle n'a cessé de croitre, surtout aux Etats-Unis et en Angleterre.

 

 

Un autre rapport, publié cette fois par Pearson, montre la faiblesse du nombre de ventes réalisées par les éditions Penguin, alors que la marge opérationnelle a progressé de 5%, grâce là encore aux ventes d'ebook. Les revenus tirés par Penguin du numérique ont même doublé en 2011, comparé à 2010… Soit 12% de son chiffre d'affaires dans le monde entier et 20% pour le seuls Etats-Unis.

Depuis 2008, précise encore l'éditeur, plus de 50 millions de livres et applications ont été téléchargé au travers de sa plateforme.

 

Enfin, CBS vient de révéler un chiffre d'affaires en baisse de 1% pour Simon & Schuster pour 2011, ce qui n'a pas empêché une progression de 28% de la marge opérationnelle, de 72 millions de dollars à 92 millions d'une année à l'autre.

 

Les moindres frais exigés par le livre numérique, pour l'éditeur, sont l'explication première donnée par les trois groupes.  Le livre papier apparaît donc nettement moins rentable que l'ebook.

 

Les éditeurs restent encore discrets sur la baisse effective du prix des livres numériques face à leurs homologues papiers, que devrait rendre inévitable ces résultats, aux yeux du consommateur.

 

Un parfum de rentabilité qui devrait, sans doute, titiller les narines des derniers éditeurs encore réticents face au numérique.