medias

Chimamanda Ngozi Adichie et Jackie Kay contre les lois "nazies" du Nigeria

Antoine Oury - 27.02.2014

Edition - Société - Nigeria - lois anti-gay - Chimamanda Ngozi Adichie


Il n'y a pas qu'en Russie que l'on sanctionne des choix personnels : au Nigeria, les autorités procèdent régulièrement à l'arrestation d'individus soupçonnés d'homosexualité, qui risquent jusqu'à 14 années de prison, à l'instar d'une sentence prononcée il y a peu. De nombreux auteurs, nés au Nigeria ou liés au pays d'une quelconque manière, ont proclamé leur opposition formelle à cette politique de répression.

 


Chimamanda Ngozi Adichie, lors d'une conférence TedX (capture d'écran YouTube)

 

 

Les deux auteures mènent le combat contre ces lois « anti-gays », et Jackie Kay n'a pas hésité à comparer la situation du pays à celle de l'Allemagne nazie. Chimamanda Ngozi Adichie et Jackie Kay, qui a récemment remporté le Guardian Fiction Prize, s'inquiètent franchement de l'attitude du gouvernement : « Les gens vont s'enfuir, se dénoncer, et [ces lois] vont monter les citoyens africains les uns contre les autres. »

 

Chimamanda Ngozi Adichie, militante des droits civiques, a souligné que ces mesures allaient contre une certaine vision de l'homme propre à la société nigériane, dans une tribune : « Cette loi s'érige contre les valeurs de tolérance et l'attitude "vivre et laisser vivre" qui fait partie de nombreuses cultures africaines. » Les lois anti-gays du pays ont été adoptées en janvier dernier, peu après des mesures similaires en Ouganda.

 

L'auteure Bernardine Evaristo s'est jointe à leurs récriminations, ajoutant : « La manière dont laquelle l'Église et l'État incitent à présent à la haine homophobe pour s'attirer les faveurs renouvelées de leurs sympathisants me semble ignoble. » Tous dénoncent une manoeuvre politicienne de l'État, histoire de détourner l'attention de la population des difficultés réelles du pays.

 

Jackie Kay a récemment été invitée à venir débattre dans son pays, mais hésite logiquement à accepter l'invitation : à la fois nigériane et écossaise, elle revendique également « à 100 % » son homosexualité. Les auteures appellent évidemment chaque Africain à protester contre ces lois répressives, et Kay cite Angela Davis pour secouer un peu les esprits : « S'ils viennent pour moi ce matin-là, ils viendront pour vous une fois la nuit tombée. »

 

(via The Guardian)