Chine : Jindong, challenger d'envergure sur le commerce en ligne

Julien Helmlinger - 22.04.2013

Edition - Economie - Jing Dong - E-commerce - Economie


Avec ses 51 millions d'utilisateurs enregistrés et autres 25 % de parts de marché sur les ventes en ligne, Jingdong entend bien confirmer sa position d'acteur incontournable du e-commerce chinois, et pourquoi pas s'attaquer ensuite au reste du monde. L'enseigne projette d'investir davantage dans son service client, comme dans son offre de contenus numériques, dans le but de concurrencer le géant Amazon dans la vente de livres. Et ceci, en dépit de ce que le marché chinois de l'ebook ne génère pour l'heure que peu de recettes.

Au cours de l'année 2012, le chiffre d'affaires de Jingdong, sur le marché du livre, est estimé à quelque 80,9 millions de dollars. Ce qui place l'enseigne à la troisième place dans le pays, derrière le leader Dangdang pesant 29 % de parts de marché, et la plateforme chinoise d'Amazon avec ses 27 %. Mais les prévisions planchent sur un possible triplement des ventes de Jindong pour 2013.

 

Troisième au classement des ventes, la firme revendique en revanche la plus large sélection de livres imprimés, son catalogue comportant 1,2 million de titres imprimés, dont 200.000 issu de l'import, en langue anglaise. Depuis le lancement de sa boutique de livres numériques au cours de l'année passée, l'offre de Jingdong s'est accrue de 250.000 ebooks chinois.

 

Un marché chinois à fort potentiel de développement

 

L'offre numérique, en Chine, et ce qu'il s'agisse de livres, de films ou de musique, est majoritairement gratuite, voire à prix réduit. Néanmoins, le potentiel de développement du marché resterait entier. Car selon les estimations de l'IPA, avec son poids de 10,6 milliards d'euros, le marché chinois serait le deuxième plus important dans le monde.

 

Une croissance potentielle qui pourrait bien être stimulée par de nouvelles habitudes de consommation de lectures, et de nouveaux formats. Car selon le vice-président des activités médias de Jingdong et ancien d'Amazon, Shi Tao, les lecteurs d'ebooks les liraient désormais sur leurs cellulaires et seraient donc en demande de contenus numériques qui se parcourent plus rapidement que les livres imprimés.

 

Jingdong, dans le cadre de son développement, s'est lancé dans un processus de rebranding en se concoctant un nouveau nom et un logo pour son enseigne chinoise. La société s'appuye également sur son propre système de DRM, afin de lutter contre le piratage. Elle développe une offre d'ebooks anglophones afin de contenter les étrangers établis en Chine. Elle soigne en outre l'aspect commode de son service clientèle, en acceptant notamment les paiements comptants lors des livraisons, dans un pays où les consommateurs restent réfractaires au paiement en ligne, ou en favorisant les contenus compatibles avec tous types d'appareils. 

 

À noter que les 29 et 30 mai prochains, l'université de Francfort organisera à Beijing sa seconde conférence StoryDrive China. Un rendez-vous donné aux éditeurs et experts des médias, internationaux, et qui s'intéressent au marché local de l'édition.