Chine : l'écrivain tibétain Druklo libre mais affaibli

Clément Solym - 08.06.2010

Edition - Société - écrivain - tibétain - Druklo


Ecrivant sous le nom Shokjang, le jeune auteur tibétain Druklo vient d’être libéré par les autorités chinoises. Mais à la vue de son état psychologique et physique, il est aisé d’imaginer que ce mois passé derrière les barreaux n’aura pas été de tout repos. On retrouve là une pratique classique des policiers chinois. Après avoir poussé leur victime jusqu’au bout, il la laisse sortir afin d’éviter d’être accusé de l’avoir tué.

Le jeune tibétain Driklo était notamment accusé d’entretenir des liens avec le Congrès de la Jeunesse Tibétaine qui, depuis l’Inde, organise la résistance pour revendiquer un Tibet libre. Mais on lui reprochait également d’écrire et de publier des textes pro tibétains sur Internet. Certains portaient effectivement sur les mouvements de protestations tibétains de 2008.

C’est au début du mois d’avril que Driklo avait vu débarquer des policiers chinois au sein de l’Université des minorités nationales de Lanzhou, en Chine. Après avoir mis l’internat à sac, les fonctionnaires avaient décidé d’embarquer quelques étudiants. Difficile, dans l’état actuel des choses, de dire si Driklo gardera des séquelles à vie de cette courte période d’emprisonnement ponctuée de séances de torture et d’interrogatoires.