Chine : un marché de l'ebook florissant, même si un livre sur cinq n’est pas chinois

Joséphine Leroy - 13.05.2016

Edition - International - Chine ebook marché livre - Chine économie - BookExpo ventes livre


« Pour beaucoup de personnes, la Chine s’apparente à une boîte noire », selon Ruediger Wischenbart, le directeur des Affaires internationales pour la BookExpo America 2016. Lors d’une table ronde intitulée « La Chine en chiffres », les participants ont cherché à fournir des données économiques sur le fonctionnement et les résultats du marché du livre chinois. 

 

Kindle 3

(Zhao ! / CC BY 2.0)

 

 

Succès économique des revendeurs  

 

Pour donner un aperçu, OpenBook, entreprise qui sonde les tendances dans le marché éditorial chinois, les beaux jours arrivent dans le pays. Jiang Yangping, son PDG, a fièrement montré la croissance du marché du livre chinois, passé de 55 milliards de yuans (8.5 milliards $) en 2014 à 62 milliards de yuans (9.6 milliards $), soit une augmentation de 12,8 %. Le nombre de titres en vente sur le marché actuellement s’élève à 1.68 million.

 

Jim Bryant est le PDG de la maison américaine Trajectory dans le Massachusetts. La maison facilite l’acquisition d’ebooks en Chine. Son PDG salue la bonne santé de l’ebook dans le marché du livre chinois, dans lequel il représenterait 39 %. Les ouvrages traitant du management ou de l’entreprise y sont majoritaires (37 %) alors que la fiction y occupe 10 %. 

 

Les ventes de livres consacrés aux sciences sociales, principalement politiques ont augmenté de 17,5 % l’année dernière. De tous les livres en rapport avec le monde de l’art, beaucoup sont des livres de coloriage pour adultes. Et ce sont ceux qui connaissent le plus bel essor : +27,44 % d’une année à l’autre. Sans surprise, d’ailleurs, puisque cette tendance est adoptée depuis au moins un an par les Chinois, amateurs de relaxation

 

Par ailleurs, 21,68 % des livres dans le marché chinois sont des traductions ou des importations, provenant principalement des États-Unis et du Royaume-Uni (c’est le cas pour 57 % d’entre eux). De toutes les catégories, les livres jeunesse se hissent à la première place. La version livre des Nouveaux héros (Big Hero 6) est ainsi devenue le livre jeunesse le plus vendu, suivi des livres Barbie. 

 

La catégorie « entreprise » montre aussi le fort intérêt des Chinois pour le secteur de l’entreprise et du bien-être personnel : le livre de développement personnel et professionnel de Dale Carnegie Comment se faire des amis (éditions Livre de Poche) se vend particulièrement bien, tout comme The Willpower Instinct de Kelly McGonigal. 

 

La promotion propulse dans les ventes 

 

Les résultats s’expliquent en partie par l’efficacité du système de promotion des livres. Dans son entreprise, Bryant a compris que c’était la clé du succès. En moyenne, il vend un titre 5 à 8 $ et encourage les éditeurs à se conformer aux taux du marché et à offrir des rabais. « Environ 70 % des ventes sont dérivées des promotions ».

 

Un exemple assez parlant donné par le chef d’entreprise : la vente exceptionnelle d’un livre de Susan Page, Si je suis si formidable, pourquoi suis-je encore célibataire ? (traduit par Dominique Radanyi aux éditions de l’Acropole) le jour de la Saint-Valentin, assorti d’un entretien et d’une vidéo, devenu best-seller des semaines durant. 

 

En Chine, 300 millions d’utilisateurs de portables lisent sur leurs téléphones. L’édition numérique et les applications de lecture numérique (dont Tencent Literature et iReader Beijing) sont un bon filon pour l’industrie du livre. 

 

Xiangjun Chen, le PDG de iReader Beijing, se revendique comme étant l’un des meilleurs revendeurs de livres au monde, comptabilisant 78 millions d’utilisateurs actifs sur sa plateforme et 60 millions de titres ebooks tous les mois. En décembre 2015, l’entreprise affirmait avoir vendu des ebooks à plus de 100 millions de clients. 5000 auteurs sont sous contrat d’autopublication avec iReader. Chaque titre coûte en moyenne de 60 cents à 1,50 $.

 

Par jour, 1.5 million d’auteurs sont payés et les 200 auteurs sous contrats gagnent plus de 80.000 $ par an. 

 

(via Publishers Weekly)