Chine : Une librairie numérique sous surveillance pour pornographie

Louis Mallié - 05.05.2014

Edition - International - Chine - Censure - book.sina.com


Le site chinois de lecture numérique book.sina.com sera dépouillé de sa licence de diffusion en ligne pour avoir diffusé des articles et vidéos possédant des contenus pornographiques. La restriction s'est faite suite à des plaintes d'internaute, ainsi que dans le cadre d'une campagne « anti-pornographie ».

 

 

La page d'accueil du site, en bas à droite,

le pop-up d'excuses.

 

 

À une époque où le cycle érotico-romanesque de E.L James Fifty Shades of Grey est un best-seller mondial la Chine a donc préféré prendre des mesures pour contrer l'affluence d'ebooks à contenus érotiques et pornographiques : « En dépit de son importance, le site internet devrait avoir pour priorité la protection des mineurs », ont indiqué les autorités, qui ont également exigé du site qu'il présente ses excuses aux internautes, et assure de ne pas réitérer son erreur…

 

D'après un communiqué publié jeudi, le Bureau National de Lutte contre la Pornographie et les Contenus Illégaux a expliqué avoir retiré vingt titres et quatre vidéos du site qui avaient été « largement signalés » par les utilisateurs. En guise de punition, le ministère chargé de l'administration des médias a décidé de supprimer deux licences de diffusions essentielles aux publications en ligne et « d'imposer de nombreux contenus. »

 

Les internautes ont ainsi été avertis par une banderole titrant « Excuses », et un pop-up rose qui informe les lecteurs que le site a été mis hors ligne le temps d'une «auto-correction » après avoir découvert « des contenus inappropriés ». La société n'a pas hésité à accuser on propre relâchement dans la vérification de ses contenus, s'est même dite sans ambages « désolée et coupable » de ne pas avoir rempli sa « responsabilité sociale ».

 

Le gouvernement entend poursuivre une répression sans concession contre la pornographie en ligne. Rien que la semaine dernière, la campagne « Cleaning the Web 2014 » a entraîné la fermeture de 110 sites internet, et celle de près de 3 300 comptes d'utilisateurs de réseaux sociaux et de forum. 

 

Via english.people.com