Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Christine Angot, "une vraie gentille" selon Yann Moix

Bouder Robin - 14.08.2017

Edition - Société - on n'est pas couché - christine angot - yann moix


Dans quelques semaines seulement, l’auteure Christine Angot fera son arrivée dans l’équipe de Laurent Ruquier. Alors que le public la connaît surtout pour les débats houleux qu’elle a pu provoquer – notamment avec François Fillon –, l’écrivain Yann Moix, fidèle chroniqueur d’On n’est pas couché, affirme que l’écrivaine est en réalité très différente de ce que l’on a pu voir à la télévision.

Aux côtés de Léa Salamé dans On n'est pas couché


 

C’est l’image d’une femme remontée que la plupart des téléspectateurs retiennent de Christine Angot. Pourtant, alors qu’elle s’apprête à faire son arrivée sur le plateau d’On n’est pas couché, son confrère Yann Moix lui en prête une tout autre, comme il l’a expliqué lors du Grand direct des médias.

« Elle est ouverte aux autres. Je la connais dans la vraie vie. Quand j'ai des problèmes, que ça ne va pas, c'est elle que je vais voir de temps en temps. C'est une femme extrêmement bienveillante. C'est une vraie gentille ! »

Et de soutenir la hargne dont sa collègue a pu faire preuve face à François Fillon il y a quelques mois dans L’émission politique, lorsqu’elle l’avait mis face à ses responsabilités. « Elle a de vraies exigences, de vrais combats », déclare Moix. « Dans les moments de combat, on n'a pas à être gentil. On doit juste être soi-même. »

Au-delà de ce caractère fort qu’il approuve – et partage, nous en conviendrons –, Yann Moix se réjouit de l’arrivée d’une autre auteure dans l’émission à ses côtés, une première. « Christine est une amie de longue date et je suis absolument ravi de cette idée de nous rassembler. C'est quand même quelque chose d'inédit. Deux écrivains sont dans une émission populaire, à la fois intellectuelle et de variétés. Je trouve ça extraordinaire ! »
 

Comment Christine Angot a changé François Fillon en victime expiatoire


Pas vraiment l'avis que s'en fait en tout cas l'écrivain David Foenkinos, qui semble plutôt redouter un pareil passage à l'antenne, et souhaite implicitement bien du courage à ses confrères.
 



À voir le 2 septembre prochain si le public sera au rendez-vous, ou s’il préférera effectivement se coucher pour éviter d’assister aux polémiques qui ne manqueront pas d’animer la soirée…

 

 


 

Via Europe 1