Christophe Girard publie son Petit Livre Rouge

Clément Solym - 05.01.2012

Edition - Société - Christophe Girard - Petit Livre Rouge - Paris


Christophe Girard se positionne depuis plusieurs mois sur l'échiquier culturel français. Dans une semaine sortira Le Petit Livre Rouge de la Culture – Propositions pour une République Culturelle, quelques mois après la publication d'une tribune dans Libération qui dévoilait ses « Trois axes pour une République culturelle ».

 

Et si ce livre rappelle le manifeste, symbole de la révolution culturelle chinoise, de Mao Zedong, ce n'est pas un hasard. Il sera un véritable mini-programme. Selon le Parisien, il rassemblera au total 40 propositions, « pour défendre une politique culturelle audacieuse et réformatrice » précise l'adjoint à la Culture à la mairie de Paris sur son blog.

 

Il inclura les thèmes centraux de sa tribune dans Libération : redonner à la culture son rôle essentiel de levier économique, social et éducatif, augmenter et mieux répartir le budget de la culture, et créer un ministère de la Culture, de la Communication et du Numérique, mais aussi développer la culture à l'école en rendant obligatoires des cours d'histoire de l'art.

 

 

L'argumentaire est chiadée : « La culture fait partie intégrante de notre identité et de notre histoire, elle fédère et rassemble les citoyens, contribue à donner à la France sa place spécifique en Europe et dans le monde. Vecteur d'épanouissement individuel autant que de valeurs collectives, elle est le socle de notre République » peut-on également lire sur le blog.

 

Alors, la culture serait un pilier de la République voulue par Christophe Girard? Oui, mais cela ne fait pas de lui un utopiste pour autant. Celui qui a été membre du conseil d'administration de LVMH est aussi un fin gestionnaire comme en atteste sa politique culturelle depuis dix ans à Paris.

 

Il peut expliquer d'un côté la fermeture de la bibliothèque de Morland par un manque de fréquentations mais de l'autre lancer des projets ambitieux, pharaoniques selon certains, comme les Nuits Blanches ou le 104.

 

Christophe Girard se médiatise à quelque mois des présidentielles, convoiterait-il un poste plus élevé qu'adjoint à Paris ? Notons qu'en face de lui, Olivier Poivre d'Arvor a prévu de publier également son petit manifeste à lui, avec Culture, Etat d'urgence. Et pour le moment, difficile de distinguer lequyel des deux hommes pourrait séduire le futur président pour le poste de ministre de la Culture. Que ce dernier soit de gauche ou de droite.