medias

Christopher Hitchens, un danger trotskiste que surveillait le FBI

Clément Solym - 09.03.2012

Edition - Justice - Christopher Hitchens - surveillance - FBI


Juillet 2010, Christopher Hitchens annonçait au monde entier que finalement, c'est Dieu qui avait eu le dernier mot. Atteint d'un cancer, le romancier athée féroce décédait quelques jours avant Noël. Contrairement à Desproges, que Hitchens n'aurait probablement pas désavoué, il ne fit pas partie de ceux qui, grâce à la médecine, peuvent « profiter de leur cancer pendant plus de cinq ans »…

 

Mais Christopher Hitchens, quand il ne révoltait pas massivement les croyants, intéressait surtout le FBI, qui, dans les années 80, s'était longuement penché sur son cas. En effet, l'écrivain fit l'objet d'une enquête dans le domaine du contre-espionnage, comme le révèlent des documents de History Punk

 

Depuis la visite de campus américains en 1970, le Bureau avait gardé un oeil attentif sur l'écrivain, et un mémo le décrit comme un trotskiste membre de l'Internationale socialiste, ayant des affinités avec des groupes trotskistes et des étudiants d'obédience révolutionnaire. Ce dernier ayant été arrêté et condamné à une amende à deux reprises, le FBI avait d'autant plus de raisons de s'en méfier. 

 

 

 

Dans le document de 19 pages (voir ci-dessous), tout est épluché de la vie de Hitchens, et de ses orientations politiques dangereuses pour la sécurité de la nation. 

 

Et puisque l'on en est là, cette histoire de contre-espionnage provient avant tout de ces orientations communistes revendiquées ou non par Hitchens. Les services secrets des États-Unis avaient également demandé plusieurs informations sur le bonhomme, après que celui-ci a fait une demande de carte de presse pour accéder à la Maison Blanche, en 1983. 

 

En pleine administration Reagan et à quelques encablures de la crise des euromissiles, alors que la course aux armements a mis à terre la Russie, des orientations, même anciennes, vers le communisme, ce n'était pas du meilleur goût. 

 

Les documents semblent toutefois assez épurés par les soins du FBI, et finalement, on comprendra que les enquêtes diligentées aient été arrêtées, fautes de preuves.

 

Athée inconditionnel, Hitchens avait alors réclamé que l'on ne tente aucune forme de prière pour le salut de son âme, alors qu'une foule de vidéos apparaissaient sur YouTube. Réaction immédiate de l'intéressé : « Que faire si je me trouve tiré d'affaire et que le pieux dévouement de leurs prières était entendu ? Ce serait quelque peu agaçant », se glace l'athée.

 

« Je ne veux pas être ingrat concernant toutes ces intentions, mais quand le 20 septembre arrivera, s'il vous plaît, ne troublez pas le ciel sourd à vos appels sans appel Excepté, bien sûr, si cela vous aide à vous sentir mieux. » (voir notre actualitté)  

 

 

Retrouver Christopher Hitchens 

result.jpg


Christopher Hitchens' FBI File