medias

Cinéma : pour cartonner au box-office, mieux vaut une adaptation

Antoine Oury - 10.07.2018

Edition - Economie - adaptation cinéma - cinéma box-office - cinéma adaptation livres


Chaque semaine apporte son lot de films adaptés de romans, de bandes dessinées et autres autobiographies : les liens entre le texte et les images, entre les auteurs et les cinéastes, par l'intermédiaire du scénariste, sont indéniablement très forts. Mais l'explication est peut-être plus prosaïque : en moyenne, les films tirés de livres s'en tirent beaucoup mieux au box-office que les autres.


cinema clock
(Nikos Roussos, CC BY-SA 2.0)



La Publishers Association (PA), organisation britannique chargée de représenter les éditeurs du pays, a commandé une enquête à Frontier Economics pour déterminer les résultats au box-office des films adaptés de livres. La PA ne se pose pas la question innocemment, et l'on découvre bien entendu que, dans l'industrie du cinéma britannique, un film adapté d'un livre réalise en moyenne un résultat supérieur de 44 % au box-office national et de 53 % au box-office à l'international.

 

Entre 2007 et 2016, note la PA, 52 % des films du top 20 des films britanniques les plus vus sur le territoire étaient tirés d'un livre. Ces films ont récolté 1,5 milliard £ au Royaume-Uni et 22,5 milliards £ à l'international, soit, respectivement, 61 % du box-office national sur la période et 65 % à l'international. En moyenne, un film adapté d'un texte s'en tire avec 5,4 millions £ en plus au box-office national, et 91 millions £ en plus à l'international.

 

Évidemment, les films Harry Potter (de Harry Potter et l’Ordre du phénix, en 2007, à la deuxième partie des Reliques de la Mort, en 2011), mais aussi ceux tirés des livres de Roald Dahl, ou encore Paddington, d'après les ouvrages de Michael Bond, se taillent la part du lion.

 

Pour la télévision, même observation : les séries s'en tirent en moyenne avec une audience supérieure de 58 %, avec 1,3 million de téléspectateurs supplémentaires par épisode. Entre janvier et septembre 2017, annonce l'association, 40 % des 35 séries produites étaient des adaptations.

 

Cinéma : 40 % des grands succès sont
des adaptations

 

Enfin, au théâtre, l'effet adaptation se ressent aussi : en 2016, 27 productions théâtrales tirées de livres ont cumulé 25,8 millions de chiffre d'affaires. La PA assure que ces productions tendent à multiplier par 2,8 leur audience, ou par 2,3 pour les comédies musicales...


« Ce succès n'est possible que grâce à notre système de droit d'auteur de premier ordre et, à une époque de grands changements, nous appelons le gouvernement à faire tout son possible pour continuer à nous soutenir », souligne Stephen Lotinga, directeur exécutif de la Publishers Association.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.