Coalition autour de BHL pour une Iranienne promise à la lapidation

Clément Solym - 16.08.2010

Edition - Société - iran - adultère - lapidation


La nouvelle fait déjà grand bruit, et une fois encore, on ne pourra que s'étonner de la faculté que Bernard Henri-Levy à rassembler les troupes autour d'une cause qui lui tient soudain à coeur. Ainsi, une tribune a hier été publiée sur le site La règle du jeu : Il faut empêcher la lapidation de Sakineh.


Elle réunit parmi les signataires plusieurs grands noms tant de la littérature que du cinéma.
Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, à l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas – prévue, initialement, pour le 15 août.

Son “crime” (qu’elle n’a avoué, rappelons-le, que sous la torture et qui consisterait, selon ses accusateurs, à avoir eu deux relations amoureuses hors mariage) avait déjà été puni par 99 coups de fouet administrés en présence de l’un de ses deux enfants.

Mais voilà qu’une nouvelle et nébuleuse accusation a débouché, il y a quelques mois, sur une condamnation à mort – et pas n’importe quelle mort puisqu’il devrait s’agir d’une mort par lapidation !
La situation est en effet des plus inquiétantes, et des figures telles que Milan Kundera, Patrick Modiano ou encore Jorge Semprun - n'oublions pas Talisma Nasrin - ont uni leur voix à celle du philosophe pour protester contre cette sauvagerie.

« Il est urgent de répondre à l’appel des enfants de Sakineh, Fasride et Sajjad Mohammadi Ashtiani, nous adjurant de ne pas fermer les yeux sur une mise en scène aussi grossière et de ne pas laisser leur “cauchemar devenir réalité” », affirment-ils tous dans cette tribune.

Que l'on aime l'homme ou non, finalement qu'importe : le sujet soulevé mérite bien sa force médiatique.