Colette et Jean Genet aussi ont eu vingt ans

Clément Solym - 01.10.2010

Edition - Les maisons - colette - genet - vingt


C'est vrai que l'on pourrait ne pas le croire, à force de les étudier une fois mort, tous ces auteurs, mais ils sont forcément passés par la case 20 ans, crise d'adolescence, rébellion et tout le toutim...

On se souviendra que pour fêter ses dix ans, le Diable Vauvert décidait de lancer une nouvelle collection, dirigée par Louis-Paul Astraud, avec une intention simple : faire découvrir « un écrivain sous un angle inédit, celui de sa jeunesse et de l'époque qui l'a vu se former ».

Les trois premiers auteurs à avoir eu les mérites de cette collection furent Flaubert, Vian et Proust. Mais la collection se poursuit avec deux nouvelles publications, toujours proposées à 12 €.


La première est celle de Jean Genet, qui aura échappé à « une vie de mendiant, de voleur et de prostitué », en prenant les armes, et partant avec le grade de caporal dans l'armée de terre. Il a 25 ans, et direction la Syrie. Ensuite, il déserte, à 25 ans, puis voyage, encore et toujours, mais surtout il lit. Garçon sans foi ni loi ? Peut-être pas...

L'autre, c'est à Colette qu'il est consacré. Face à la jeunesse perdue de Genet, « l'apprentie pas sage » que fut Colette nous est racontée. Comment cette provinciale se retrouver propulsée dans le milieu parisien, après un mariage avec le critique littéraire Willy. Son mari la trompe, elle tentera alors tout pour le retrouver, et devient moderne et insolente.

Là encore, un ouvrage à découvrir...