Collège Kléber-Haedens : d'Ormesson chantre du stalinisme contre la bêtise

Clément Solym - 26.11.2008

Edition - Société - Jean - Ormesson - polémique


C'est dans quelques heures que le collège Kléber-Haedens posera sa première pierre, sous l'égide bienveillante de Jean d'Ormesson : ami et proche de l'écrivain, l'académicien déplore aujourd'hui toute la polémique qui s'agite autour du nom donné à l'établissement. Raison essentielle ? Kléber-Haedens avait collaboré au journal L'action française...

Et l'écrivain d'Ormesson de décocher sa plume pour affirmer son opinion : « Kléber Haedens était un géant, une force de la nature. Il aimait l'opéra, le rugby, le cassoulet que sa femme Caroline préparait à merveille et la littérature. » Évoquant des « romans inoubliables », Jean d'Ormesson plonge jusque dans le pathos : « Je l'aimais. »

« Il avait appartenu à l'Action française et je ne partageais pas ses idées politiques. Mais l'amour de la littérature est bien au-dessus des divergences politiques et je serai fier et heureux de présider, cet après-midi, aux côtés de M. Philippe Juvin », poursuit l'immortel. Car selon lui « la littérature se moque bien du politique. Aragon était communiste. Je l'admirais plus que personne et j'ai toujours défendu son talent qui allait jusqu'au génie ». On lui donnerait difficilement tort. Enfin, pas forcément sur le talent d'Aragon, en tout cas.

Évoquant par ailleurs l'affaire des toilettes de Louis-Ferdinand Céline, il s'insurge : « À quelles bassesses sommes-nous en train de descendre ? » Et pour lutter contre « la bêtise et l'intolérance », il se dit partisan « du stalinisme, de l'anarchie, du trotskisme et de l'Action française ». « N'hésitez jamais à vous battre pour les écrivains et de droite et de gauche quand ils sont attaqués par des partisans de la censure. »

Et dans l'espoir que M. Bayrou saura dénoncer les excès des membres du MoDem qui ont protesté contre le baptême de ce collège, il fait appel aux bons sentiments d'un homme dont la région partage avec Kléber-Haedens une passion : le rugby. On retrouvera également une interview du bonhomme chez nos copains de BibliObs (désolé, mais l'italique à l'envers, c'est pas facile à faire).