Colonialisme éditorial : suggérer aux auteurs du Bangladesh d'écrire plutôt en anglais

Fasseur Barbara - 04.04.2018

Edition - International - Penguin Random House - Bangladesh Edition Traduction - Penguin Book Festival


La déclaration a été relayée le 1er avril : on pouvait supposer une mauvaise blague. Pourtant, Penguin Random House India a bien demandé à ses auteurs bangladais d’écrire davantage en anglais. La maison d’édition a même organisé un festival pour les y encourager.

 
Penguin Random House - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté (CC, BY SA 2.0)


Après un mois de février entièrement consacré à l’Amar Ekushey Boi Mela, la Foire du livre Ekushey à Dacca, capitale du Bangladesh, celui d’avril sera consacré au Penguin Random House Book Festival. Seulement, les livres mis en avant seront uniquement en langue anglaise.

Le coup d’envoi a été donné ce dimanche au Pathak Shamabesh Centre, la plus grande librairie et maison d'édition du Bangladesh. Penguin Random House India a rappelé que le festival entendait encourager les auteurs à écrire en anglais plutôt qu’en bengali, la langue locale ou dans toute autre langue utilisée à travers le pays.
 
Nous allons embaucher quelques traducteurs bangladais. En parallèle, nous allons encourager les écrivains bangladais à écrire en anglais pour pouvoir publier leurs livres à l’international.


Bien que le Bangladesh ait depuis longtemps une littérature en anglais et en bengali, la recommandation a de quoi faire grincer des dents. Mais la maison d’édition a assuré que l’augmentation des ventes de livre en anglais n’était pas la principale motivation derrière ces festivités et ces étonnantes recommandations.

 

The New Publishing Standard rapporte les explications de Shamsuzzaman Khan, directeur général de la Bangla Académie. Il déplore la difficulté d’accès aux écrits bengalais pour les lecteurs du reste du monde. En effet, rares sont les traductions disponibles de ces travaux dans des langues plus répandues telles que l’anglais. Des intentions de prime abord plutôt louables donc, et renforcées par les déclarations de PRH – même si ces dernières mettent les traducteurs de côté.

 

Le site United News of Bangladesh rapporte les propos d'Alokesh Bishal, de la filiale indienne : « Cet évènement permettra aux lecteurs du Bangladesh de découvrir une incroyable variété de livres rassemblés dans un même lieu. Il y a beaucoup d’écrivains talentueux au Bangladesh. S’ils se mettent à écrire en anglais, ils pourront partager leur littérature avec le monde entier. »

Bangladesh : la foire du livre de Dacca
se retrouve devant les tribunaux


Et pourtant, quand on sait qu’à l’heure actuelle le succès des ouvrages bangladais en anglais dépasse rarement les frontières du pays, le facteur à revoir n’est peut-être pas la langue d’écriture. Il faudrait davantage se focaliser sur les outils mis à la disposition des auteurs par la maison pour atteindre les lecteurs dans son propre pays.

Avec 80 millions d’internautes à travers le pays, le développement du livre numérique serait une piste bien plus prometteuse, d’après TNPS.

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.