Colson Whitehead : “Je dois beaucoup aux libraires, aux librairies”

Clément Solym - 25.07.2019

Edition - Librairies - Colson Whitehead - librairie indépendante - librairies etats unis


Multirécompensé pour Underground Railroad — notamment par le Pulitzer de littérature 2017 — Colson Whitehead est devenu une icône. Ses étudiants, à Princeton ou Columbia, profitaient déjà de son sens de l’humour et de cette sagesse percutante. Déconstruisant les mécanismes du racisme aux États-Unis, il continue de ravir et de faire réfléchir.

Colson Whitehead at Capital High 17
Cabin Events, CC BY 2.0
 

Après le succès colossal de son sixième roman (publié chez Livre de Poche en mars, trad. Serge Chauvin), le prochain livre de Whitehead sera des plus attendus. The Nickel Boys n’est pas prévu pour tout de suite en France, tout juste sorti aux États-Unis. Mais l’écrivain, promotion oblige, répond aux jeux de questions et d’interviews. Comme celle avec l’American Booksellers Association.

Et l’occasion pour lui de remercier le soutien qu’il a reçu des libraires sur le territoire américain. « Oui, j’irai dans les petites boutiques indépendantes, dans des gros magasins et chez d’autres qui organisent des événements hors les murs », indique-t-il. Une dévotion, certes, mais parce qu’« elles [les librairies] ont toujours soutenu mes livres, quelle que soit leur singularité et je leur suis reconnaissant de ce soutien et de cet engagement ».
 
Mieux : au cours des 20 dernières années, la librairie ne l’a jamais abandonné, affirme-t-il, continuant de vendre ses livres, exemplaire après exemplaire. « Je leur dois beaucoup et je suis heureux qu’elles se trouvent actuellement dans une bonne passe. Je pense qu’elles prospèrent et qu’il est agréable de pouvoir revenir dans des lieux où je me suis rendu durant des années. »

Et de poursuivre : « Je suis toujours heureux de prendre la route parce que je vois beaucoup de nouveaux visages, et d’autres familiers, ainsi que des personnes qui m’ont été très précieuses au fil des ans. »  

The Nickel Boys, présenté comme un titre plus ancré dans le réel que The Underground Railroad, qui flirtait avec une forme de réalisme magique, accompagne deux adolescents, afro-américains, condamné à se rendre dans un centre de redressement, à Jim Crow, en Floride. 

Le roman relate alors ce combat personnel, dans un environnement de violence, où le personnel bat et abuse sexuellement des élèves. Des fonctionnaires corrompus, qui leur dérobent leur nourriture et leurs fournitures scolaires… Et comment cette expérience va transformer leur existence. 

Un traité sur l’injustice raciale, qui manifestement a, une fois encore, ravi les libraires… 

Albin Michel précise à ActuaLitté que ce nouveau roman sortira en janvier 2020 dans une traduction de Serge Chauvin. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.