Comment Charles Saatchi convoitait les meilleures ventes de livre

Cécile Mazin - 16.12.2013

Edition - Justice - collectionneur - acheter son propre livre - Charles Saatchi


C'est un moyen comme un autre pour faire augmenter les ventes d'un livre : acheter par soi-même les exemplaires, par palettes entières. Le prestigieux collectionneur britannique, Charles Saatchi, avait eu cette joyeuse idée. Il est actuellement en procès contre son ancienne assistante personnelle, accusée de détournement de fonds.

 

 

Charles Saatchi / Him

bixentro, CC BY 2.0

 

 

 

Le procès fait actuellement les choux gras de la presse britannique : Francesca et sa soeur Elisabetta Grillo sont accusées de fraude, mais durant le procès, toutes deux ont fait sensation. 

 

« Charles avait écrit un livre, et il voulait qu'il soit placé bien haut dans les listes des tops : il m'a demandé de me rendre dans différentes boutiques, comme Waterstones. » Waterstones, chaîne de librairies, bien entendu. Et pour s'assurer de prendre une bonne place dans le top des ventes, Charles Saatchi avait donné 200£ à son assistante, pour qu'elle se rende chaque semaine quatre fois par semaine.

 

« Tous les après-midi, je parcourais Londres d'est en ouest pour acheter des livres. C'était mon travail. » Et bien entendu, pour faire ces achats, elle a utilisé la carte de crédit de son patron. Or, elle n'était pas seule pour ce faire : les librairies physiques, comme les sites internet étaient utilisés pour faire augmenter les ventes, artificiellement, bien entendu. 

 

Pour expliquer comment leur ancien patron les soupçonne d'avoir détourné 685.000 £ entre 2008 et 2012, les achats de livres pourraient ne pas suffire. Durant le procès, furent évoqués des achats de vêtements et de chaussures de luxe... Probablement pas achetées dans des librairies.

 

via Standard