Comment convaincre les politiques de la valeur des bibliothèques ?

Clément Solym - 26.11.2018

Edition - Bibliothèques - bibliothèques décideurs politiques - lobbying marketing bibliothèques - représentation image bibliothèques


Comment s’assurer que les tutelles des bibliothèques ne taillent pas à la faux dans les budgets, d’une année sur l’autre ? Les relations avec la municipalité, les directeurs de cabinet, les chargés de mission et autres responsables, au niveau départemental, régional... comment les appréhender au mieux ? Mieux qu’une liste Topito, voici un mémoire d’étude : convaincre les décideurs de la valeur des bibliothèques.


Bibliothèque Robert Desnos Montreuil
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Rédigé par Aurélie Dréan, le mémoire est proposé en licence Creative Commons, et pose d’ores et déjà un premier débat. Comment l’utilité des établissements, à l’heure d’internet et de la société de l’information, peut-elle être réaffirmée ? C’est en puisant dans les outils du marketing que les professionnels tentent de faire entendre leur (juste cause). 

« Convaincre les élus, c’est aussi travailler avec eux, en comprenant leurs objectifs, leur manière d’aborder la culture et les bibliothèques, et en s’insérant dans les politiques publiques, afin de donner une image positive de ces équipements publics et de les rendre légitimes aux yeux des citoyens et des décideurs », écrit également Aurélie Dréan. 

Que l’on s’intéresse à l’image que véhiculent les établissements de prêt, leur incidence sur la cité et la communauté, il semble difficile de passer outre un constat sévère. En dépit de leur mission essentielle de service public, les bibliothèques souffrent d’un déficit de communication et de promotion. Pour ce faire, le marketing, le lobbying sont appelés à la rescousse. 

Comment se rendre visible ? Eh bien... « Plutôt que de s’enfermer dans ses acquis, le bibliothécaire va chercher à apprendre de l’élu, et à partager des objectifs communs. Il va défendre son point de vue, chercher à convaincre en s’intégrant au mieux dans la collectivité », suggère-t-on.

C’est notamment le principe d’advocacy qui est mis en avant : il s’agit de méthodes destinées à défendre une cause et influer sur les politiques publiques. Au croisement justement du marketing et du lobbying, l’advocacy « a pour objectif de développer des soutiens à la bibliothèque et à ses missions, chez les politiques, mais aussi chez les usagers et les non-usagers ». 

Une commission spéciale a d’ailleurs été créée par l’Association des Bibbliothécaires de France, pour travailler à une meilleure représentation et reconnaissance des lieux et des métiers. 
 
Si Neil Gaiman s’insurgeait contre un discours politique qui ne mesure pas l’importance des établissements et de leurs personnels, ce mémoire prend le contre-pied de l’ambiance actuelle, et bouscule quelque peu les idées reçues. 

« Les bibliothécaires sont en première ligne pour défendre ces institutions. Il leur appartient de convaincre les personnes qui les entourent, leurs proches, les usagers et les décideurs, de la plus-value des bibliothèques pour le quartier, la localité, la société en général », lit-on. Mais encore faut-il mesurer les questions d’image, et les maîtriser au mieux. 
 
Il semblerait que l’enjeu de communication soit crucial pour l’avenir, et pour éviter que l’on ne s’intéresse aux bibliothèques qu’au moment où elles brûlent. Le triste exemple de Nantes, en juillet dernier, montre que la disparition d’un lieu de prête sait provoquer un mouvement social de solidarité et de partage. Ne pourrait-on pas éviter d’en arriver là ? 

Le mémoire est à retrouver ici, truffé de références à des articles de... ActuaLitté. On savoure !

On pourra également se référer au petit guide que l'ABF avait produit en juin dernier, pour « éviter qu'un élu ne ferme votre bibliothèque », tout aussi essentiel.


Commentaires
Les bibliothèques, des centres de culture et développement intellectuel, ce sont les ennemies des intérêts des politiciens.



Des femmes luttant pour être aussi agressives et oppressives que les hommes, ne n'est pas du féminisme; des noirs ou des pauvres devenant des rois de la finance et du pétrole, ce n'est pas de la libération de classe ou de race.



Avec les bibliothèques, soyons attentifs à ce qu'on aperçoit comme amélioration ou évolution...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.