Comment être libraire aujourd'hui ?

Minh Phan - 26.03.2013

Edition - Librairies - Libraire indépendant - Vente en ligne - Arbre à lettres


La condition essentielle et inhérente au métier de libraire est, la passion du livre, évidemment. Mais, au-delà de cet enthousiasme, le libraire indépendant se trouve aujourd'hui confronté à deux défis : poursuivre et amplifier son développement pour faire face à la concurrence des livres numériques, alors que ses propres capacités d'investissement restent assez limitées.

 

 

librairie Une librairie de quartier, 

zoetnet, CC BY 2.0

 

 

La nouvelle génération de libraires rassemble des personnes, engagées et motivées, qui doivent créer du lien. En effet, avant les années 1980, le libraire était très lié à ses éditeurs. Les choses ont un peu changé depuis. « Aimer les livres ! Certes (…) Mais il faut aimer aussi ses clients », explique Jean-Marie Ozanne (libraire et éditeur, à Folies d'encre). Organiser des rencontres entre le public et l'auteur, des vitrines thématiques, et « avoir en tête LE livre potentiel pour chaque client qui entre dans le magasin… c'est ça créer du lien ! », selon J.M.Ozanne.

 

En plus d'être un passionné de livres doté d'un grand capital culturel, le libraire est aussi un gestionnaire : s'occuper des stocks, passer des commandes, faire le retour des invendus, etc. Par extension, il est responsable de son assortiment, de la mise en relation avec les représentants des maisons d'édition, et du suivi de l'actualité littéraire par des canaux professionnels.

 

Aujourd'hui, pour garder ses lettres de noblesse, le libraire de quartier doit posséder, outre sa passion, de grandes capacités d'adaptation. La progression du livre numérique et la présence des grands joueurs comme Apple, Amazon, ou Google, marquent indéniablement un grand tournant dans la chaine culturelle et économique du livre. 

 

Autrement dit, les libraires doivent être munis de plus de technologie, et le réseau interprofessionnel du livre être prêt à offrir aux consommateurs, de façon efficace, le format tant numérique que papier. 

Concrètement, la transition vers la vente en ligne doit faciliter la tâche des libraires et des distributeurs et ainsi réduire leur investissement.

 

Les utilisateurs peuvent se brancher sur un point de connexion et accéder directement à l'ensemble des catalogues des fournisseurs. Cette interface élaborée collecte ensuite les métadonnées que mettent à disposition les distributeurs. Le libraire passe ainsi commande une fois que son client aura validé son panier d'achats.

 

Avec l'augmentation des charges et celle de la TVA sur le livre (de 5,5 % à 7 %, en 202), la libraire indépendante doit impérativement « renégocier ses remises avec les fournisseurs » (Antoine Fron, L'Arbre à lettres) pour survivre à la crise qu'elle traverse actuellement. Par ailleurs, le prix unique du livre l'a certes protégé.

 

Mais la loi Lang, défendue tant bien que mal, est régulièrement remise en cause par les libraires en ligne. Désormais, le médiateur que la ministre de la Culture a annoncé pourra en tout cas intervenir plus efficacement, dans la défense de cette législation.