Comment la Bibliothèque apostolique vaticane se protège des pirates

Antoine Oury - 09.11.2020

Edition - Bibliothèques - Bibliotheque apostolique vaticane - hackers bibliotheque - vatican manuscrits


Confortablement installée dans le palais du Vatican, la Bibliothèque apostolique n'est pas pour autant à l'abri des menaces modernes. L'établissement patrimonial recevrait une centaine de menaces numériques par mois, qui visent à la fois la structure de la bibliothèque numérique et les collections. Pour faire face à ces risques et éviter les piratages, la Bibliothèque apostolique vaticane s'est offert les services d'une intelligence artificielle...

The Sistine Hall of the Vatican Library


« Ces attaques peuvent potentiellement avoir un impact sur la réputation de la Bibliothèque, qu'elle a défendue pendant des siècles, ou des ramifications financières qui pourraient freiner nos capacités de numérisation des manuscrits restants », s'inquiète Manlio Miceli, directeur de l'information de la Bibliothèque apostolique vaticane.

Depuis 2012, l'établissement patrimonial du Vatican numérise son fonds, avec un objectif de 80.000 documents à dématérialiser. Fin 2019, la plateforme DigiVatLib annonçait avoir franchi les 18.000 documents numérisés, des textes précieux et de rares incunables, parfois enrichis par des annotations et des informations contextuelles pour mieux les comprendre et les situer.

Une grande entreprise de numérisation qui attire l'attention, et pas uniquement des internautes bienveillants : la Bibliothèque subirait une centaine d'attaques informatiques par mois, qui viseraient tant l'infrastructure de la plateforme numérique que les collections elles-mêmes.

« Une attaque couronnée de succès pourrait déboucher sur un vol des collections, sur des manipulations ou des suppressions », analyse Manlio Miceli. Une des inquiétudes porte sur l'altération et la falsification des documents numérisés, à des fins de propagande. « Les attaques physiques sont souvent visibles et concrètes, alors qu'une attaque de ce type ne serait pas aussi évidente : elle pourrait donc causer des dommages durables et potentiellement irréparables, non seulement aux archives, mais à la mémoire historique du monde », souligne le directeur de l'information.
 

IA contre IA


Comme d'autres établissements et plateformes numériques d'une taille conséquente, la Bibliothèque apostolique vaticane fait évidemment face à des attaques informatiques communes, cherchant à saturer ses serveurs ou à soutirer de l'argent.

Ces captures de données ou de documents informatiques, souvent menées par des programmes automatiques, débouchent ensuite sur la demande de rançons, pour récupérer les éléments « emprisonnés » par les pirates. Darktrace, une société spécialisée dans les nouvelles technologies, notamment l'intelligence artificielle, mises au service de la sécurité informatique, a été appelée à la rescousse par le Vatican, indique The Observer.
 
L'objectif de Darktrace étant de déminer au plus tôt les tentatives d'attaques informatiques : des opérations automatiques, difficilement décelables par des êtres humains, précèdent souvent les interventions humaines et les malversations plus concrètes...

Photographie : Bibliothèque apostolique vaticane (illustration, Anna & Michal, CC BY-SA 2.0)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.