Comment vendre son livre : conseils des détaillants aux auteurs autopubliés

Clémence Chouvelon - 16.04.2015

Edition - International - auteurs autopubliés indépendants - How to sell your book - détaillants


A l'occasion d'un séminaire organisé par The Book Seller, How to Sell Your Book (Comment vendre votre livre), les détaillants ont tenu à rappeler aux auteurs autopubliés leur position dans l'industrie du livre et l'importance de réfléchir à la conception de ce dernier, son apparence, avant d'en faire la promotion. Lesdits auteurs feraient preuve d'arrogance face aux autres métiers de l'industrie. 

 

 

Library books

(faungg's photo CC BY-ND 2.0)

 

 

Parmi les détaillants présents à ce séminaire, le 14 avril, Henry Layte de The Book Hive, une librairie de Norwich en Angleterre, a déclaré à propos des auteurs autopubliés qu'il serait bon de « veiller à leur attitude vis-à-vis de leur livre et leur position dans l'industrie avant d'approcher les revendeurs. On reçoit des personnes au discours assez arrogant : “Je suis un auteur autopublié, qu'est-ce que vous allez faire ?”. »

 

L'homme conseille aux auteurs indépendants de ne pas envoyer de copies de leur ouvrage, du fait du volume de livres qu'il reçoit : « Une fois, quelqu'un nous a envoyé son livre puis une facture trois mois plus tard. Tout est parti à la poubelle. »

 

Promouvoir auprès des revendeurs son livre pour les auteurs autopubliés, c'est aussi faire attention aux goûts de ceux-ci, explique O'Reilly Sheila, de la librairie londonienne Dulwich Books. « Ce n'est pas la peine de m'envoyer un livre de science-fiction ou de fantasy, je n'en lis pas, et y a un nombre inimaginable de livres que je voudrais lire. » Elle ajoute également des conseils de base, comme prendre garde à ce que le livre ait une reliure, un numéro ISBN ou qu'il tienne dans une étagère. Élémentaire mon cher. 

 

Matt Bates a acheté pour W H Smith Travel des œuvres d'auteurs autopubliés, comme celui de Piers Alexander, The Bitter Trade, ou celui de Jasper Gibson A Bright Moon for Fools, qui s'est vendu à 9.000 exemplaires depuis l'été dernier. Il a choisi ces livres, car ils semblaient « impressionnants » et « professionnels » : « Je suis à la recherche d'un produit qui semble solide et commercial ». (via The Bookseller