medias

Conakry, première ville francophone élue capitale mondiale du livre

Antoine Oury - 25.03.2017

Edition - International - Conakry capitale mondiale livre - capitale mondiale du livre - Sansy Kaba Diakité


Le 23 avril prochain, Conakry, capitale de la République de Guinée, deviendra la première ville francophone capitale mondiale du livre. Au salon Livre Paris, le commissaire général de l'année de festivités, Sansy Kaba Diakité, revient sur cet événement et sur ce qu'il implique pour la société guinéenne.

 

Sansy Kaba Diakité, commissaire général de Conakry, capitale mondiale du livre - Salon du Livre de Paris 2017

Sansy Kaba Diakité, au salon Livre Paris (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Nous sommes à J-30, un peu moins maintenant, avant le 23 avril, journée mondiale du livre, qui marquera le début des festivités » se réjouit Sansy Kaba Diakité. L'Unesco a choisi la capitale de la Guinée, sur dossier, le 30 juin 2015. « Ce programme, que nous avons préparé pendant des années, entend améliorer la qualité de l'éducation, améliorer le taux d'alphabétisation dans le pays, et faire en sorte que les jeunes lisent, dans les quartiers. »

 

40 % de la population est alphabétisée en République de Guinée : le travail à fournir est encore important, mais le label de capitale mondiale du livre pourra justement fournir l'impulsion nécessaire à un bond en avant. « Le gouvernement est conscient de cette opportunité : le programme a été élu activité d'utilité publique, pour que toute la nation s'implique », précise Sansy Kaba Diakité.

 

16 milliards de francs guinéens, soit 1,6 million €, ont été investis par la République de Guinée pour la totalité de l'événement. Mais le budget global de l'événement culturel atteint les 6 millions € : la différence sera prise en charge par des sociétés privées, « comme pour la Coupe du Monde ou la Coupe d'Afrique ». « Beaucoup de sponsors ont répondu à notre appel de mécénat », souligne le commissaire général.

 

Pour améliorer l'alphabétisation de la population, les organisateurs comptent sur les investissements à long terme que le statut de capitale mondiale du livre peut générer. « Nous ne demandons pas d'argent aux sponsors, mais plutôt de construire des points lecture dans les quartiers, et de les équiper en livres. Ces 6 millions €, ce sont vraiment autant d'investissements. » Selon Sansy Kaba Diakité, l'équipement en lieux de lecture publique sera un levier pour la lecture des plus jeunes : « Ils peuvent jouer au foot dans la rue, prier à l'église ou à la mosquée, mais n'ont aucun endroit pour lire. »

 

Un programme chargé, reflet de la culture littéraire de Conakry

 

Conakry, capitale mondiale du livre proposera pas moins de 6 salons du livre : les 72h du livre, à l'ouverture et à la clôture de l'événement, un salon du livre des langues africaines, un salon du livre pour la promotion des langues maternelles... À travers le pays, des caravanes circuleront spécialement, renforcées par une bibliothèque mobile et un camion des mots. Prix littéraires aussi, ateliers de formation, jeux-concours ou dédicaces parachèvent le programme de Conakry.

 

Ces mois de festivités autour de la lecture seront aussi l'occasion de mettre en avant le patrimoine et l'actualité littéraire de la République de Guinée, avec des auteurs comme Laye Camara, Tierno Monénembo, Djibril Tamsir Niane ou Williams Sassine « un de nos grands dramaturges ».

 

Si le livre garde un prix stable en République de Guinée, le pouvoir d'achat, lui, reste très faible. « De gros efforts sont faits par les éditeurs guinéens aujourd'hui pour proposer des remises qui vont jusqu'à 50 % », souligne Sansy Kaba Diakité. Les importations de livres en République de Guinée sont monnaie courante, notamment à cause d'une faible offre d'impression et de conditions de transport difficiles. « Mais une imprimerie ouvre justement au mois d'avril, et les offres d'impression numérique sont désormais plus accessibles » ajoute le commissaire général, par ailleurs directeur de la maison d’édition L’Harmattan-Guinée.

 

« Mais l'État doit jouer sa partition, aussi, ce qu'il fait à travers son investissement dans cette fête. » Le 23 avril prochain marquera donc le coup d'envoi d'une année de célébration, avec le Sénégal en pays invité d'honneur. Tous les pays voisins, et francophones, ont été invités : le thème de l'événement s'intitule « Le livre, facteur de rapprochement des peuples »...