Concours administratifs : plus près des réalités du métier

Clément Solym - 03.12.2008

Edition - Société - concours - administratifs - réforme


Un grand mouvement de réformes planne sur les concours de la fonction publique. A partir de 2009, une évolution importante doit être mise en place afin de favoriser un meilleur recrutement, plus égalitaire et plus ciblé. Si, depuis longtemps, le niveau demandé aux concours n’a cessé d’augmenter, les compétences requises n’ont souvent rien à voir avec le métier qui vient couronner l’obtention du concours.

De l’inadéquation des candidats par rapport aux postes :

Les candidats qui se présentent aux concours sont bardés de diplômes en tout genre. Pour un simple concours niveau bac, ce sont maintenant des niveaux Master qui viennent se porter candidat… La sélection se faisant majoritairement par des épreuves écrites, l’administration écarte par là même bon nombre de candidats qui auraient pourtant tout à fait le profil attendu pour occuper la fonction proposée au concours.

Un rapport accablant fait ressortir les principaux torts du système actuel. La réforme envisagée vise à dégager les concours du poids donné à la culture générale afin de faire davantage de place aux compétences de terrain. Cette première mesure permettrait de rendre plus égalitaire les concours. La culture apparaît en effet comme un élément discriminatoire, qui évince une bonne partie de la population immigrée. La fonction publique finit par ne se renouveler que de l’intérieur.

Plus d’égalité, plus d’efficacité :

C’est dans cet objectif qu’André Santini signe une charte de l’égalité avec le ministre de la fonction publique, Eric Woerth, et le président de la Halde, Louis Schweitzer. L’administration tient à montrer qu’elle œuvre pour permettre à tous de gagner les rangs de la fonction publique.

Il s’agit de simplifier les concours et de réduire leur nombre pour faire davantage de lumière sur les différentes portes d’entrée dans l’administration. Cette réforme permettra de réduire les coûts des concours et de recruter des personnels mieux qualifiés pour l’exercice concret de leur mission auprès du public. Le premier employeur français souhaite ainsi mieux gérer le recrutement de ses ressources humaines.