Condamnée par Israël, la poétesse arabe Dareen Tatour enfin libérée

Clément Solym - 21.09.2018

Edition - Justice - poétesse arabe israélienne - prison poétesse terrorisme - Darine Tatour prison


Dareen Tatour, poétesse arabe israélienne, vient d’être libérée, après une condamnation à cinq mois de prison. L’État l’avait condamnée pour « incitation à la violence » et « soutien à une organisation terroriste », rappelle l’AFP. Elle avait en effet posté une vidéo, récitant son poème, « Résiste, mon peuple, résiste-leur ».

 

Dareen Tatour (Pen International)

 

 

Dans cette lecture, la vidéo était accompagnée d’image présentant le conflit entre Palestiniens et Israéliens. « Je ne me contenterai pas d’une solution pacifique, je ne baisserai pas mes drapeaux, jusqu’à ce que je les expulse de ma terre (...). Résiste aux vols du colon et suis la caravane des martyrs », clamait-elle.

 

Juste assez pour qu’Israël décide de la condamner, en juillet dernier, à cinq mois de prison. « Je ne m’attendais pas à ce que la justice soit faite. Mon cas est politique depuis le départ, car je suis palestinienne et je défends la liberté d’expression », affirmait alors Dareen Tatour.

 

En Israël, une poétesse arabe israélienne
condamnée à 5 mois de prison

 

Les vidéos de soutien s’étaient multipliées au fil du temps, pour tenter d’infléchir la décision et obtenir sa libération. De même, les manifestations devant l’ambassade d’Israël, un peu partout dans le monde, avaient donné lieu à une mobilisation globale. 

 

 

 

Cependant, un porte-parole de l’administration carcérale israélienne indique que la poétesse a été libérée, parce qu’une partie de sa peine avait été purgée en amont du procès. Arrêtée le 11 octobre 2015, elle avait passé 97 jours en prison, avant d’être assignée à résidence avec un bracelet électronique en guise de surveillant. 

« La liberté est une chose si belle qu'on ne peut la décrire », a déclaré la poètesse peu après sa libération.

 

Israël : intellectuels et auteurs rugissent
contre la loi État-nation juif

 

« Dareen Tatour a été reconnue coupable pour avoir fait ce que font les écrivains tous les jours — nous utilisons nos mots pour défier pacifiquement l’injustice », déplorait le PEN international. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.