Confinement : Roselyne Bachelot et Anne Hidalgo appellent au boycott d'Amazon

Clément Solym - 02.11.2020

Edition - Economie - confinement Amazon librairies - vente livres France - librairies click collect


Les Fnac, la grande distribution ont interdiction de vendre des livres. Et pendant ce temps, les librairies sont limitées au click and collect. Les regards se tournent donc logiquement vers Amazon pour garantir l’approvisionnement en livre. Mais deux personnalités en appellent à la responsabilité de chacun, pour lutter contre le géant américain.

2008 12 26 - Altoona - Onmyodo 2
 

On n’avait pas encore entendu aussi clairement d’appels de politiques contre le géant américain. Roselyne Bachelot, ce matin sur LCI répondait spontanément à la question. La concurrence en ligne, comment lutter ? « En n’allant pas sur les plateformes numériques. […] Nous avons cela en main. Je demande », commence la ministre de la Culture, poussée par la journaliste à parler reconnaître un appel au boycott.
 
« Il faut aussi que nous nous adaptions à cette nouvelle civilisation du numérique et c’est le sens de ce que j’ai voulu dans le plan de relance. » On parle d’une enveloppe de 2 milliards €, « pour lesquels j’ai bataillé. Il y a 400 millions € pour adapter le monde culturel à cette nouvelle donne numérique ». 

Bien évidemment, certains libraires ont déjà entrepris les démarches nécessaires pour entrer sur le terrain du net. « Mais il faut combattre avec les armes, avec les mêmes armes : il faut que nous nous adaptions et nous avons l’argent pour le faire », poursuit la ministre.

Et sortant de ses gonds, elle lance « Oui, il [Amazon] se gave. » Rappelant que le prix du livre est unique, elle rappelle alors qu’il n’y a « pas davantage à acheter [des livres] sur une plateforme numérique ». Cette assimilation de la vente en ligne de livres avec Amazon découle certainement de ce que le cybermarchand dispose de plus de 80 % de parts de marchés sur la toile.

Et que les concurrents, qui se démènent, ne parviennent pas à concurrencer directement le vendeur. 
 


Plus tard dans cette journée, c’est Anne Hidalgo qui, devant la librairie des Abbesses, venue soutenir le mouvement qui appelle à une désobéissance des librairies — et une réouverture qui serait alors illégale — a tenu un discours similaire. Au micro de BFMTV, la maire de Paris qui demande que les librairies soient considérées comme des commerces essentiels pointe : « Amazon, c’est la mort de nos librairies et de notre vie de quartier. »
 


Actuellement en train de travailler à une proposition pour les libraires, pour créer une animation dans la capitale, Anne Hidalgo insiste et martèle : « Je le dis aux Parisiennes et aux Parisiens, n’achetez pas sur Amazon. [...] Achetez chez votre libraire, vous pouvez commander et récupérer votre livre. »

Le projet serait d’articuler des rencontres avec libraires et auteurs sur les marchés alimentaires. Rendez-vous le week-end prochain pour en savoir plus.


crédit image Bossi CC BY SA 2.0


Commentaires
Un appel général et massif au boycott du « black friday « ?
Sinon, l'étape suivante, c'est quoi ? Le protectionnisme ? Le nationalisme ? Puis enfin la censure ? Ceux pour qui le livre est une des colonnes vertébrales, la culture un poumon d'oxygène, ceux qui pensent que les libraires-plus que les commerçants et distributeurs- sont non seulement essentiels mais aussi pour certains vitaux, pourront se passer des états âme ou avis des manipulateurs de symbole... C'est trop facile et gravement déplacé pour ces rentiers de crier au loup alors qu'ils ont laissé la bergerie à la transhumance de nouveaux acteurs... Que 20/30 ans se sont écoulés depuis les scan de Google et la diffusion de bcp de livres, en toutes langues... à partir du fin fond d'un garage. Le boycott ? Idée politique dangereuse... , idée économique rétrograde, idée societale infantilisante. Sinon, mes libraires sont top... mourants aussi, si, si et c'est pas faute de... Amazon est top aussi lsq la recherche est ciblee et précise, pas toujours forcément urgente et que les nommés libraires ne peuvent suivre. M'enfin, qu'ils aillent bosser en librairie, en entrepôt ou dans un camion.. histoire de voir mais surtout, qu'ils ne mettent pas un doigt sur la stratégie et le business... S'ils avaient été bons, cela fait 30 ans que ça se saurait !!!
Ce serait drôle si la situation des librairies n'était pas aussi grave : appeler à boycotter Amazon après avoir rendu impossible l'accès aux livres par les autres canaux, c'est tenter de se donner une bonne conscience à peu de frais. Et, bien évidemment, ce genre d'appel ne sera quasiment pas entendu.



Au lieu d'étrangler le livre en rendant son accès impossible... sauf sur les sites comme Amazon, il faudrait laisser les librairies travailler en les classant comme commerces prioritaires, comme l'ont fait les Belges et les Suisses (les Genevois, au moins). C'est bien la peine de proclamer l'exemplaire exception culturelle française pour, en pratique, bousiller une des bases les plus solides de notre culture, à savoir un réseau de librairies de qualité comme peu de pays européens en ont, ceci notamment grâce au prix unique du livre. Ce réseau est fragile car la rentabilité des librairies est faible et ce deuxième confinement risque d'en détruire certaines qui avaient survécu au premier au prix d'un énorme travail et de (très) douloureux sacrifices financiers, notamment personnels.
Madame la (si peu) ministre veut-elle avec une pompe à essence éteindre l'incendie? Je puis comprendre les gens empêchés de lire de se tourner vers Amazon....Un truc dont j'use: je puise au hasard dans la cent cinquantaine des San Antonio (F.Dard) et (re)lis.Pas de danger, on les oublie. Merveilleux anti-blues!
« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

Ces messieurs-dames qui ne nous gouvernent pas, impuissants à prendre des décisions, viennent ensuite pleurer avec le peuple pour déplorer les conséquences de leurs actes ?

Mais madame Bachelot, allez jusque au bout et démissionnez pour montrer votre soutien aux gens qui déplorent cette politique débile de confinement. Sinon, c'est que vous êtes d'accord : alors, ne faîtes pas semblant de découvrir qu'avec votre non-action (et celle de votre chef suprême, Macron 1er), vous offrez un boulevard à Amazon, entreprise américaine.

Bien sûr, Macron a toujours été soutenu par les États-Unis depuis le début, en temps que ex-Young Leader (des cadres formés par les États-Unis pour rester bien fidèles aux États-Unis) et Macron leur rembourse aujourd'hui ce qu'il leur doit : il leur offre le marché français de la culture en entier, grâce au confinement.

« Mais en même temps, ce n'est pas ma faute : il ne s'agit pas d'un échec : c'est juste que ça n'a pas marché ».

On a les chefs qu'on mérite. Ceux qui ont voté Macron n'ont plus que leurs yeux pour pleurer : il fallait réfléchir AVANT.
Les gouvernements successifs ont déroulé le tapis rouge devant Amazon pour qu'il installe ses entrepôts à esclaves en France, offrant des conditions d'implantations sans égal, au mépris des entreprises locales, des petits commerce, et même de zones protégées !

Eu Europe, pas d'entente pour combattre ce monstre qui défiscalise tel que les lois et surtout la mésentente le permettent.

Alors, que Bachelot qui se met hors la loi en appelant au boycott, se fasse une virginité en se faisant passer pour la défenderesse des "petits", chacun croit ce qu'il veut, elle n'a pas le pouvoir face à Macron, Casteix et Le Maire.
Un décret autorisant amazon à ne vendre que des produits essentiels , ça doit pas etre compliqué ! Ca suffit la langue de bois
La notion de " produits essentiels " ou de " services essentiels " n'a guère de sens dans des économies complexes connaissant de multiples et permanentes interactions entre des entreprises relevant de secteurs différents.



Il est monstrueux et rétrograde que l'administration ait le droit de discriminer entre ce qui est " essentiel " et ce qui ne l'est pas : c'est la résurrection du Gosplan et autres fantasmes collectivistes aussi délirants qu'économiquement mortifères. Mais les Français n'ont toujours pas assimilé ce qu'est le libéralisme en économie et s'accommodent des intrusions multiformes et néfastes d'un État aussi obèse qu'inefficace qui n'est même pas capable de faire son métier, c'est-à-dire d'assurer les fonctions régaliennes, comme la sécurité ou la Défense.



Le cas de la commercialisation des livres illustre cette dérive de manière caricaturale : au lieu de laisser les librairies travailler (ce qui est le cas en Belgique, comme en Suisse), on leur impose - à nouveau : cf. le 1er confinement - une fermeture qui risque d'achever celles qui sont déjà en mauvais état financier ; puis on étend l'interdiction aux grands distributeurs généralistes (ex : Leclerc) et spécialisés (ex : FNAC). Et puis, se rendant compte qu'ils ont ouvert une autoroute de 2 fois 20 voies à Amazon, nos dirigeants appellent à boycotter cette entreprise ! Le délire soviétique dans toute son horreur !
Tout cela devient débile.

Tout d’abord ce confinement imposé est inutile. Le petit commerce n’est pas plus source de contamination que les grandes surfaces.

Ensuite Amazon n’y est pour rien. Pas plus que Cdiscount dont on parle peu mais qui va son bonhomme de chemin. Ou Rakuten.

Enfin d’autres sites vendent les livres : Chapitre.com, Leclerc, Mollat, Decitre, Gibert... et d’autres tout autant dynamiques.

Pour conclure je note que ces politiques totalement incompétents ont besoin d’une tête de turc pour se distinguer et se faire valoir. Nullissimes !
en France :Le total des charges sociales est de (salariales 23% et patronales 42%) soit 65% du salaire brut,...ces charges finançant les aides allouées à ceux qui ne travaillent pas.

Le confinement interdit le travail des commerçants ... Je pense que le chiffre d'affaire d'Amazon (qui explose) devrait lui aussi être taxé de 65Þcharges sociales "solidarité COVID" prélevés à la source de ses ventes exactement comme le travail!!! Cela permettrait d'aider TOUS les commerces fermés, pas seulement les librairies.

I have a dream...
Bonjour pourquoi tant de discours !

N'achetez pas sur AMAZON. C'est de notre responsabilité !
@Belaval



Vœu pieux sans intérêt car évidemment sans effet : à tort, vous prônez le " toujours moins " qui enfoncera encore plus notre économie.



Il faut que les librairies aient le droit d'ouvrir dès aujourd'hui. Plus généralement, il faut inverser la règle imposée par un pouvoir désemparé qui ne se soucie que de jeter des os à ronger aux pétochards et autres claquedents, de sorte à faire oublier son incompétence :

- au lieu de " Tous les commerces doivent être fermés sauf... " [et on part dans le délire de la définition de la " première nécessité " par des fonctionnaires qui ignorent ce qu'est une entreprise],

- il faut décider " Tous les commerces ont le droit d'ouvrir à l'exception de ...) " : les commerces devant être fermés seraient ceux qui ne sont pas en mesure de faire respecter les indispensables précautions sanitaires, cela pouvant être jugé a priori mais aussi a posteriori selon les cas.



En attendant, en République de Pétochie, on peut s'entasser dans le métro ou dans les supermarchés mais on n'a pas le droit d'être 2 ou 3 en librairie ou chez un marchand de chaussures.
@Liger



Bravo, mais votre message sera inaudible : les Français pétochards sont scotchés devant leur télé !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.