Conflit entre libraire et éditeur : ne pas prendre les auteurs en otage !

Clément Solym - 27.03.2013

Edition - Librairies - auteurs - otages - Barnes & Noble


L'Authors Guild n'a pas tardé à réagir à la situation actuelle : la chaîne de librairies Barnes & Noble est en conflit actuellement avec l'éditeur Simon & Schuster, accusé de ne pas assez soutenir les établissements. Des affaires de gros sous et de négociations qui impactent les auteurs, bien entendu. 

 

 


 

 

Simon Lipskar, président de la Writers House, agence littéraire de la Big Apple, expliquait : « Sans pointer quiconque du doigt, les auteurs seront frappés par cette situation, et c'est vraiment détestable. » Évidemment, les gros vendeurs ne seront que peu concernés par ce conflit, dans lequel B&N a décidé de diminuer considérablement ses commandes de livres auprès de l'éditeur. 

 

Dans un communiqué, l'Authors Guild dégaine très rapidement.

 

Si pour l'heure, impossible de savoir quel est le réel fond du conflit, et comment il va se concrétiser, l'AG considère que les positions sont assez contradictoires. Mais il ne serait pas certain que les mesures punitives de B&N seront prises sur les commandes de livres au global. Dans un commerce où le livre est la pierre angulaire de la vente au détail de B&N, difficile de croire que le libraire réduirait son stock total.

 

Cependant, l'AG se souvient clairement qu'il y a trois ans, Amazon avait supprimé le bouton d'achat sur son site, pour frapper Macmillan. À l'époque, l'éditeur avait refusé de céder à la pression qu'exerçait le cybermarchand et obtenu, finalement que les auteurs lésés soient remboursés. 

 

Pour sanctionner l'éditeur récalcitrant, Amazon avait alors supprimé le bouton d'achat, histoire de montrer que la manne financière dans le secteur pouvait tout aussi bien se tarir si l'éditeur ne pliait pas. Manque de chance, il fut même rejoint par Hachette US dans son combat, et toute la situation aura abouti au contrat d'agence, où l'éditeur fixe le prix de vente de son ebook.

 

Les dommages collatéraux de cet affrontement avaient alors été calculés sur la base du contrat d'agence et des sommes qui auraient été versées, en fonction des ventes qui auraient pu se faire, durant ladite période. Et Amazon partageait le coût de cette opération avec MacMillan.

 

À l'époque, l'AG avait fermement condamné Amazon, et aujourd'hui, le point de vue n'a pas changé : cibler un éditeur, en punissant les auteurs, dont les ouvrages ne pourront pas trouver leur public au travers des points de vente du libraire est comportement qui ne devrait pas être adopté. « Un nouveau livre se vend dans les premières semaines où il arrive en librairie », précise l'organisation.

 

« Les éditeurs et les détaillants ont lutté sur les termes de vente depuis toujours. Nous espérons que les relations entre B&N et Simon Schuster trouveront un point d'entente, et qu'on découvrira que tout est dans fondement. Les nouveautés méritent d'avoir une chance juste de toucher leurs lecteurs. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.