Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Conseil d'Ernest Hemingway à un jeune auteur : il faut "saisir l'enfer"

Julien Helmlinger - 30.10.2013

Edition - International - Ernest Hemingway - Conseil - Auteurs


Retour dans les années 1920. Ce 22 octobre paraissait chez Cambridge University Press, le second volume de The Letters of Ernest Hemingway. Le reccueil de correspondances, témoignant de la période parisienne de l'écrivain, rassemble 242 lettres dont près des deux tiers seraient inédits. Il nous éclaire sur les apprentissages littéraires de l'Américain expatrié, laissant entrevoir son processus créatif et le caractère tumultueux de sa vie personnelle.

 

 

 

 

 

L'occasion de se pencher sur un petit extrait épistolaire daté d'octobre 1925, publié dans le volume. Cette année là, le jeune Ernest Hemingway a écrit une lettre à un pair canadien nommé Morley Callaghan.

 

Tandis que ce dernier lui confiait sa frustration d'écrivain, Hemingway a répondu à son ami Callaghan par le biais d'une lettre qui contient de très bons conseils destinés à tout écrivain qui en viendrait à perdre espoir. La voici en partie retranscrite ci-dessous :

Christ, ne sois pas un âne et ne dis pas que tu ne peux continuer et écrire si tu sais comment tenir debout etc. Dieu sait que tu es dans le plus déprimant et décourageant des environnements, mais c'est ce qui fait un écrivain. Tu dois saisir l'enfer. Tu dois t'en donner la peine ... Écris beaucoup mais vois encore beaucoup plus. Garde tes oreilles et tes yeux ouverts et essaye tout le temps de mener droitement tes conversations.

Pour qui sonne le glas ? Pas pour lui...