Constance Trapenard quitte Préludes pour les éditions JC Lattès

Nicolas Gary - 05.02.2019

Edition - Les maisons - Editions Lattes éditrice - Constance Trapenard Lattes - Livre Poche Préludes


Nommée ce 14 janvier à la présidence des éditions JC Lattès, Véronique Cardi annonce que Constance Trapenard la rejoint, au poste de directrice littéraire. Elle prendra ses fonctions dans le courant du printemps 2019. Une collaboratrice de longue date, rappelle la présidente.



« Je suis ravie d’accueillir Constance Trapenard, avec qui j’ai eu le plaisir de travailler aux Escales puis au Livre de Poche. Son talent et son énergie seront des atouts de plus au sein de la formidable équipe des éditions JCLattès », indique Véronique Cardi.

En effet, arrivée en avril 2014 à la direction générale du Livre de poche, Véronique Cardi avait mis en route le projet Préludes, un format semipoche pour des textes inédits, moins d’un an plus tard. Constance Trapenard en fut responsable éditoriale – elle était en parallèle en charge du secteur Policiers et thrillers chez Livre de poche.
   


Diplômée de l’Institut Supérieur d’Interprétariat et de Traduction, Constance Trapenard, 35 ans, a travaillé pendant cinq ans en littérature étrangère au Seuil avant de devenir éditrice aux Escales et pour la collection Feux croisés/Plon. 

Elle était arrivée en avril 2015 dans la filiale poche, codétenue par le groupe Hachette Livre et Albin Michel.


Commentaires
Accélérateur de décroissance



Un énième profil marketing interchangeable, sans aspérité, sans talent, sans rapport aucun avec l'objet littéraire. Avec ce genre de personne le livre va encore perdre en crédibilité et se réduire à un objet de communication et de désir/plaisir onaniste placé en tête de gondole du rayon para-pharmacie d'une grande surface. La littérature vous soulève de terre. Céline, Faulkner, Flannery O'Connor vous soulèvent de terre. Cette femme semble plutôt vouloir nous y retenir de toutes ses forces. Elle n'aurait jamais décelé le potentiel de tels auteurs c'est à parier. En revanche des Musso à deux balles souriants et piètres écrivains... La cupidité tue la littérature, tue la musique, tue l'intelligence et la créativité.
Réponse à Koinsky



Vous la connaissez ? Qu’est-ce qui vous permet de dire ça ? Juste le besoin de vider sa poche à venin sur le net comme tous les trous du cul anonymes d’internet dans votre genre ?

Pour avoir bosser avec C. Trapenard je peux vous dire qu’elle est extrêmement compétente et qu’elle est, assurément, un recrue de choix.

Allez vider votre mal-être ailleurs. Tocard.
Ce qui me permet de dire ça ? Mon ressenti après à l'issue de cette interview d'une banalité affligeante (ça n'est que mon opinion, pas un jugement de valeur). Et vous, dites-moi en quoi elle est compétente ? A-t-elle décelé le moindre talent littéraire ? Lequel ? Faites-moi mentir...
Un peu de bienveillance BB

Embrassades et le reste
Bravo Constance, avec Véronique et toi, cette maison d'édition va tellement cartonner. Alors forcément tu vas me manquer au LDP mais bon, tu traces la route et elle va te mener très haut. BRAVO

PS pour Koinsky : votre message suinte tellement l'autosuffisance que ça me donne envie de vomir. Bonne chance dans votre vie avec ce boulet au pied qu'on appelle l'orgueil. C'est déjà une grande punition.
Faites-moi mentir : citez-moi un seul titre, un seul auteur talentueux qu'elle a révélé dans toute sa "jeune" et "lumineuse" carrière ?
Bonjour à tous !

Sans être aussi véhément que Baptiste (si c'est bien celui que je connais il est il me semble, la gentillesse même), je confirme la teneur des propos.

Pas parce que c'est une ancienne collègue mais parce que c'est une vraie bonne éditrice à des lieux de ce que vous décrivez. Déjà la littérature il en faut pour tous les goûts (si si, sinon ça devient dictatorial) et puis Céline ou Faulkner ne se trouvent pas sous le sabot d'un cheval. Éditeur n'est un métier ni plus facile ni plus difficile que d'autres mais c'est de l'humain, de la culture et donc l'évidence n'est pas le succès.

Vous qui aimez les grands auteurs, exercez votre esprit critique : peut-on critiquer des personnes non publiques que l'on ne connaît pas ? Quant a la remarque sur le marketing, mon métier (qui a ses brebis galeuses comme tous les metiers), vous soufflez dans le sens du vent, vous critiquez l'outil au lieu des pratiques de certains. Soyez plus exigeant... et laissez Constance tranquille smile

Fraternellement
D'accord : vive Constance que je ne connais smile
Non désole, il n'en faut absolument pas pour tous les goûts. Le mauvais goût qui en l'occurrence est partout dictatorial dans le milieu editorial parce qu il s appuie sur le dogmatisme mercantile n a pas à définir la littérature. Kant explique à juste titre que c est le genie qui définit ce qu un champ artistique doit être et non pas le quidam hydrocephale de base qu on nous reprochera de stigmatiser mais qui lui ne se gene pas pour détruire toute forme de qualité littéraire. Actuellement on promeut en littérature le pire et on exclut systématiquement le meilleur.
C'est exactement ce que je voulais dire. smile
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.