Consumérisme et écologie : l'influence des livres sur les enfants

Julien Helmlinger - 22.04.2013

Edition - Société - Psychologie - Enfants - Matérialisme


Nourrice et baby-sitter, Rachel Franz est soucieuse de l'effet que peuvent avoir leurs lectures sur la psychologie des enfants dont elle s'occupe. Tout comme elle l'est de la protection de l'environnement. Ainsi, elle a décidé d'écrire sa thèse en alliant les deux thématiques qui lui sont chères. Plus précisément, elle a voulu savoir dans quelle mesure les livres d'images pouvaient renforcer ou diminuer les aspirations matérialistes des jeunes lecteurs.

 

 

Creative Commons (cc by 2.0)

 

 

La nounou, également versée dans l'art et la construction écologique, a expliqué sa démarche : « J'ai lu trois ou quatre livres par nuit en tant que baby-sitter et commencé à remarquer toute l'avidité qu'on trouve dans les livres pour enfants et cela m'a profondément préoccupée. J'ai réalisé à quel point le consumérisme est dommageable pour l'environnement et rattaché ça à mon amour des enfants. Cette étude était une tentative de concilier les deux. »

 

Pour réaliser son enquête, Rachel Franz s'est penchée sur une sélection de 30 titres, publiés entre 1998 et 2012. Elle a choisi parmi les médaillés Caldecott, les best-sellers du New York Times et autres recommandations de libraires. Autant de livres adressés à un public âgé entre zéro et six ans, et qui véhiculeraient des valeurs au travers de leurs illustrations.

 

Selon elle, les thèmes des illustrations agiraient comme des leviers, dans un sens comme dans l'autre. Les lectures de titres offrant une surabondance de jouets par le biais des images pousseraient les enfants au consumérisme tandis que ceux présentant davantage de paysages naturels provoqueraient l'effet inverse. Elle estime que : « Les résultats de cette étude révèlent que les livres d'images ont l'important potentiel d'agir à la fois comme un moyen de former des consommateurs comme un outil pour lutter contre le consumérisme. »

 

Considérant que ces livres d'images contribuent à la formation du caractère de la jeunesse, regrettant que certains titres contribuent en outre à une diminution des interactions sociales, elle défend l'idée qu'il faudrait mettre à profit cette conclusion. Sacerdoce qui passerait par la production de livres pour enfants qui encourageraient leurs lecteurs à devenir des individus responsables, positifs et désireux d'interagir avec les autres.

 

La nourrice conseille en conséquence aux parents de choisir les lectures de leurs bambins avec le plus grand soin, afin notamment de contribuer au développement de leur esprit critique. Elle espère que les conclusions de son étude pousseront de même les personnels éducatifs et autres universitaires à développer une littérature jeunesse qui puisse contrer les messages véhiculés par d'autres médias, parfois décriés à tort ou à raison, comme la télévision et les jeux vidéo...