Contre Donald Trump, un avocat brandit la Constitution des États-Unis

Nicolas Gary - 03.08.2016

Edition - Economie - constitution Etats-Unis - Donald Trump candidat - racisme musulman liberté


Khizr Khan est le père d’un soldat américain musulman, qui est décédé en Irak. Il est devenu le symbole de la résistance contre la bêtise de Donald Trump, après que le candidat républicain s’en soit pris à la famille du soldat tout entière. Définitivement, l’homme d’affaires a le don de la polémique...

 

 

 

En brandissant l’exemplaire de poche de la Convention américaine, lors de la cérémonie d’investiture d’Hillary Clinton, Khizr Khan voulait avant tout rappeler à l’Amérique les racines de sa société. Avocat de Virginie dont le fils fut capitaine de l’armée, tué en Irak en 2004, Khizr Khan s’en est pris directement à Trump, avec une simplicité déconcertante.

 

« Donald Trump, vous demandez aux Américains de vous faire confiance pour leur avenir. [...] Permettez-moi de vous demander : avez-vous simplement lu la Constitution des États-Unis ? », lance l’avocat. Et de sortir, avec le plus grand naturel du monde, une version poche de la Constitution. 

 

« Je serais heureux de vous prêter mon exemplaire. Dans ce document, cherchez les mots liberté et égalités devant la loi », poursuit-il. 

 

On peut afficher les sous-titres en cliquant directement dans les options

 

 

La conséquence de ce geste fut double. D’abord, l’ouvrage est passé en 2e position des meilleures ventes du moment sur Amazon – ce qui n’est pas sans signification aux États-Unis. Il est toujours aussi bien positionné – le livre est vendu pour 1 € et gratuitement disponible sur Kindle – et seul Harry Potter et l’enfant maudit est actuellement en première position. 

 

Ensuite, cela a conduit le candidat républicain à dénigrer violemment l’avocat et sa famille.

 

« Si vous observez son épouse, elle se tenait à ses côtés, sans avoir le droit de parler. Elle n’avait certainement pas le droit de dire un mot », a estimé Trump, sur la chaîne ABC. Une attaque supplémentaire contre les musulmans, chargée de sous-entendue bien lourds. En décembre 2015, celui qui n'était alors que candidat aux primaires du Parti républicain était allé jusqu’à déclarer vouloir interdire l’accès des États-Unis aux musulmans...