Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Contre Résolu, Hachette soutient Greenpeace : “Il y a de quoi troubler des éditeurs”

Antoine Oury - 14.06.2017

Edition - International - Résolu Greenpeace - Hachette environnement - Greenpeace Hachette


Il y a quelques semaines, l'Organisation à but non gouvernemental internationale Greenpeace donnait le coup d'envoi de sa campagne « Couper le droit à la parole » pour alerter sur les poursuites judiciaires intentées à son égard et contre d'autres ONGI par l'exploitant forestier Résolu dont elle critiquait l'action au sein de la forêt boréale. Greenpeace estime que ce dernier menace la liberté d'expression par ses actions en justice, et appelait les éditeurs qui se fournissent en papier auprès de Résolu à soutenir son combat pour l'environnement. Le groupe Hachette, par la plume de son PDG Arnaud Nourry, vient d'apporter son soutien à Greenpeace.

 
Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livre - Frankfurt Buchmesse 2015
Arnaud Nourry (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Le 16 mai dernier, Greenpeace attirait l'attention sur sa campagne internationale « Couper le droit à la parole », dénonçant les actions en justice intentées par l'exploitant Produits forestiers Résolu en 2013 et en 2016 contre Greenpeace et plusieurs autres ONGI et certains de leurs employés. 

 

« Plutôt que de collaborer avec Greenpeace et les autres parties prenantes dans le but d’identifier des solutions durables pour la forêt, les travailleurs et les communautés locales, Résolu a préféré intenter une poursuite de 300 millions de dollars canadiens (CAD) contre Greenpeace USA, Greenpeace International, Stand.earth de même que des employés de ces organisations. À cela s’ajoute une poursuite de 7 millions de dollars CAD déposée contre Greenpeace Canada et deux de ses employés. »

 

Greenpeace en appelait au soutien de plusieurs groupes d'édition, HarperCollins, Simon & Schuster, Penguin Random House et, donc, Hachette, qui font partie des clients de Produits forestiers Résolu. 

 

« Le métier même d’éditeur repose sur la liberté d’expression. Retrouver de prestigieuses maisons d’édition parmi les clients d’une entreprise qui harcèle juridiquement des associations est pour le moins paradoxal. Ces maisons d’édition ont pris des engagements forts pour la protection de l’environnement ; or, ces derniers sont en contradiction avec les pratiques de Résolu » expliquait Clément Sénéchal, chargé de campagne Forêts à Greenpeace France.

 

Hachette Livre publie sur son site web un courrier, signé par Arnaud Nourry, PDG du groupe, à destination de Richard Garneau, président et chef de la direction Produits forestiers Résolu. Dans son courrier, Arnaud Nourry, qui écrit en tant « qu'éditeur et citoyen », évoque « la virulence de votre réaction [celle de Produits forestiers Résolu] à Greenpeace ». « Vous appuyer sur les dispositions RICO me parait excessif. Il y a de quoi troubler profondément des éditeurs, qui par la nature même de leur activité, respectent et alimentent le débat public et comptent — c'est notre cas — de nombreux écologistes parmi leurs auteurs », poursuit Arnaud Nourry.

 

Les « dispositions RICO » désignent la loi sur le racket et la corruption dans les opérations sur valeurs mobilières sur laquelle s'appuie Produits forestiers Résolu pour ses actions judiciaires contre Greenpeace.

 

“Qui va prendre la défense de l'environnement dans les années qui viennent ?”
 

« Il va sans dire que nous respectons tout autant la loi et le droit de chacun de faire appel à la justice s’il s'estime lésé, mais je me demande s’il n’y aurait pas d'autres moyens de répondre aux reproches de Greenpeace », souligne le PDG de Hachette Livre, qui termine : « Pour dire les choses autrement, à une époque où les États-Unis ont décidé de tourner le dos aux Accords de Paris sur le changement climatique, il nous paraît plus nécessaire que jamais que des ONG indépendantes comme Greenpeace puissent faire leur travail. Sinon, qui va prendre la défense de l'environnement dans les années qui viennent ? »

 

Dans sa lettre, Arnaud Nourry souligne également la nécessité pour Produits forestiers Résolu de conserver la certification FSC pour sa production de papier, la plus respectueuse pour l'environnement.

 

Greenpeace se réjouit évidemment de la prise de position de Hachette Livre : « Nous nous réjouissons que le groupe Hachette Livre soit le premier éditeur à s’engager pour la protection des forêts et du droit à la liberté d’expression, et que son PDG Arnaud Nourry ait rapidement saisi les enjeux des menaces que Résolu fait peser sur Greenpeace et sur la société civile », a déclaré Clément Sénéchal, chargé de campagne Forêts pour Greenpeace France, qui invite les autres groupes d'édition à faire de même.

 

Greenpeace avait reçu le soutien de plusieurs dizaines d'écrivains, à l'international, dont John Maxwell Coetzee, Margaret Atwood, Yann Martel, Laurent Gaudé, Annie Ernaux, Julian Barnes, Ian McEwan, Deborah Eisenberg, Anthony Doerr, Roberto Saviano, Philippe Claudel, Yasmina Khadra ou encore Laurent Binet.

 

Produits forestiers Résolu dénonce par ces poursuites des « accusations malveillantes et diffamatoires », nous avait précisé Karl Blackburn, le porte-parole de l'exploitant forestier.

 

Ci-dessous, l'intégralité du courrier d'Arnaud Nourry :