Contrefaçon : l'Amérique classe Amazon dans la liste noire des sites

Nicolas Gary - 02.05.2020

Edition - Justice - Amazon site contrefaçon - produits illégaux Amazon - contrefaçon vente Amazon


Canada, France, UK, Allemagne, Inde : les filiales d’Amazon sont punaisées au Mur de la Honte qu’établit chaque année le gouvernement américain. Dans ce classement des sites considérés comme versant dans la contrefaçon et le piratage, Amazon fait une apparition remarquable. Et remarquée…


HubertPhotographer CC 0


Que l’on trouve dans la liste The Pirate Bay ou encore FMovies n’a rien d’étonnant. Ces plateformes numériques mettent à disposition des liens pour télécharger du contenu sous droit, sans autorisation. Mais le rapport United States Trade Representative (USTR) frappe fort en intégrant la plateforme de vente.

S’appuyant sur les commentaires des ayants droit, le document fait donc état de façon non exhaustive, des plaintes et doléances pour violation du droit d’auteur. Mais ce sont d’ordinaire les sites de streaming, de Torrent ou type DirectDownload qui font les frais de cette méthode. Avec, depuis quelques années, des registrars ou sociétés d’hébergement qui sont venus compléter le panel, rappelle Torrent Freak.

On retrouve dans l’USTR de 2019 tous les services évoqués ci-dessus ; or, non seulement un annonceur publicitaire, Propeller, s’y ajoute, mais en plus Amazon vient d’apparaître. La plateforme américaine ne figure pas dans la liste, puisque l’USTR ne répertorie que les acteurs étrangers. Pour autant, toutes les grandes filiales y sont présentes.

Ce qui est principalement pointé, c’est le défaut de réaction de la firme aux actes de contrefaçons et violation du copyright. Si d’autres sites marchands sont susceptibles de tomber dans la même catégorie, les réponses apportées semblent plus adéquates, estime le document. 

Les ayants droit « demandent à Amazon de prendre des mesures supplémentaires pour répondre à leurs préoccupations », peut-on lire. Et ce, en collectant suffisamment d’informations sur l’origine des vendeurs et de leurs produits, pour prévenir toute récidive, souligne le rapport.

Amazon, bien entendu, estime qu’il s’agit là d’une énième vendetta de l’administration Trump — on sait combien le président porte peu l’entreprise dans son cœur — pour chercher à la déstabiliser. Pas impossible, en effet, vu les relations entre Donald et Jeff Bezos...

Le rapport est disponible ici.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.