Contrefaçon : Les Chinois attaquent le Coran

Clément Solym - 09.09.2011

Edition - Société - coran - iran - impression


La qualité des impressions chinoises n’étant plus à prouver, certains éditeurs iraniens ont cru bon de leur faire confiance. Mais, sacrilège, les imprimeurs chinois ont mutilé le texte, dans sa langue sacrée qui plus est.

Selon Ahmad Haji Sharif, respnsable de Dar al-Koran, qui délivre les autorisations pour l'impression du Coran :  « Certains éditeurs ont été tentés par le bas coût de l'impression en Chine mais ces (copies du) livre saint contiennent des fautes d'orthographe et n'ont pas été validées. La plupart des copies sont des contrefaçons. »


 


Les autorités iraniennes essayent à présent de récupérer les exemples mal imprimés.

Ce sont principalement des fautes d’accent qui changent le sens des mots et des phrases, ou de place des formules rituelles. « Bismillah Al-Rahman Al-Rahim », soit « Au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux », se retrouve en milieu de sourate et plus au début.

 
Retirer les livres défectueux du marché n’est pas secondaire, car c’est un des livres de base de l’enseignement iranien, de la première à la dernière année du système scolaire, pointe l'AFP.

Que vive la séparation de l'église et de l'État !