Contrôler Google Books et ses offres pour éviter les dérives

Clément Solym - 06.05.2009

Edition - Bibliothèques - contrôler - Google - books


Les trois grands regroupements de 139.000 bibliothèques des États-Unis ont déposé hier une pétition relative à Google demandant que le juge Denny Chin veille scrupuleusement à ce que le prix fixé pour les livres ne dépasse pas ce que la majorité des bibliothèques peut faire.

L'American Library Association, l'Association of College and Research Libraries et l'Association of Research Libraries, ont déclaré n'être pas opposées à la transaction passée entre Google et l'Association of American Publishers et l'Authors Guild. De fait, le règlement pourrait fournir un accès sans précédent à une bibliothèque contenant des millions de livres numériques. « Mais en l'absence de concurrence pour les services autorisés par ce règlement, l'impact ne serait pas complètement positif », affirment-ils.

Ainsi, un contrôle s'avère plus que nécessaire, et doit être « vigoureusement exercé » sur la manière dont Google vendra les livres contenus dans ses colonnes et leur accès. L'abonnement, justement, doit être basé sur des tarifs « de produits et de services comparables », posent les trois groupes. Mais il n'en existe aucun d'une si grande ampleur. D'où la nécessité de fixer des limites bien définies pour s'éviter une catastrophe culturelle.

En outre, le règlement reste muet sur l'atteinte possible à la vie privée : comment seront conservées les informations détenues par Google ? Pourront-elles être utilisées dans le cadre de la lutte anti-terrorisme, alors même que les professionnels se débattent contre le sinistre Patriot Act ? Les informations personnelles se doivent de ne pas être détenues arbitrairement et Google a à charge de protéger les utilisateurs. Certes, mais comment ?

Le moteur, de son côté, « est fier de s'associer avec des dizaines de bibliothèques du monde entier dans le cadre de Google Recherche de Livres ». Mais ne pipe pas un mot sur les tarifs à venir ou les questions de sécurité. Pour les trois groupes, il faut avant tout que ce nouveau service bénéficie aux usagers, le plus largement possible. Mais bien d'autres questions restent encore en suspens, et l'on se demande comment Google finira par l'emporter...