Convoqué par le Congrès américain, Bezos préfère envoyer un subalterne

Clément Solym - 05.06.2020

Edition - Justice - Amazon données justice - Jeff Bezos audition - librairie concurrence Amazon


Il semblerait que Jeff Bezos soit toujours attendu au Congrès pour clarifier la situation. Son entreprise a été accusée de se servir des données issues de la marketplace, pour favoriser ses propres produits. Pratique totalement illégale et dont le patron a été sommé de répondre. Sauf que rien…


 

Le 28 mai dernier, une trentaine d’organisations — dont l’American Booksellers Association — s’est fendue d’un courrier aux députés. Demande simple : que le comité judiciaire reste ferme et obtienne l’audience de Jeff Bezos

Une fois encore, ce sont les pratiques anticoncurrentielles de la firme qui sont pointées du doigt. Et Bezos devait intervenir pour s’expliquer. Mais Amazon a répondu qu’elle n’enverrait pas son PDG au congrès, mais plutôt « le cadre approprié », pour témoigner. Un camouflet poli, alors que tous les patrons des GAFA, sur demande du Congrès, ont accepté de se plier à l’audition.

« Il est temps que M. Bezos, en tant que président, CEO et président du conseil d’administration, réponde du comportement anticoncurrentiel systématique de son entreprise et des efforts répétés des dirigeants d’Amazon pour tromper le public », annonce la lettre.

Tromper ? Oui, d’autant qu’en juillet 2019, ces fameux dirigeants, interrogés par le Congrès sur la collecte de données de la marketplace, avaient promis qu’Amazon était au-dessus de tout soupçon. Pilule difficile à avaler pour les parlementaires. 

Ainsi, le refus de voir le PDG témoigner se change « en un acte de défi remarquable », estiment les signataires. Mais également « un manque de respect flagrant à l’égard des membres du Comité ». 

Reste que le Comité a la possibilité de contraindre Bezos à venir leur rendre visite, ce que la lettre n’oublie pas de souligner — par une simple assignation à comparaître. « Ne pas y avoir recours non seulement minerait votre propre autorité, mais encore cela validerait implicitement le mensonge d’Amazon et sa domination croissante sur le marché de la vente en ligne. »

Le courrier de ces organisations est à consulter ici.


photo : SamWilliamsPhoto, CC 0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.