Corbeil-Essonnes : incendies d'une médiathèque et d'une école

Cécile Mazin - 06.10.2014

Edition - Bibliothèques - Corbeil Essonnes - médiathèque incendie - école incendie


Les policiers qui ont constaté les dégâts assurent qu'il s'agit d'actes criminels : dans la nuit de dimanche à lundi, une école et la médiathèque des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes ont été frappées par un incendie. Deux feux qui se sont déclarés à quelques minutes d'intervalle, et qui résultent d'actes, pour le moment, difficiles à comprendre.

 

 

Crédit image Le Républicain

 

Dans un premier temps, c'est donc la médiathèque de la rue Henri Matisse qui a été frappée : une voiture-bélier a été propulsée contre l'établissement, entraînant un départ d'incendie, que les pompiers ont mis plus de deux heures à arrêter. La médiathèque serait impraticable pour l'heure, et il faudra certainement plusieurs jours avant que la moindre activité ne puisse revenir.

 

La médiathèque dispose d'un stock de 18.000 livres et revues, avec 2500 CD, dont on ignore encore s'ils ont été détruits entièrement. Une source proche du dossier explique que la médiathèque a été « fortement détruite ». La ville compte deux autres établissements, pour un réseau de 142.000 livres, et 21.000 CD avec 6000 DVD. 

 

Quelques instants plus tard, c'est une école du groupe scolaire Jean-Macé, qui, sur le même mode de fonctionnement, va être victime d'un autre incendie. Sauf qu'en l'état, l'établissement scolaire, moins impacté cependant que la médiathèque, ne pouvait pas accueillir les enfants ce matin. Plus de 5,5 millions € avaient été investis pour sa rénovation – et la fin des travaux avait été inaugurée en janvier 2012. 

 

Le maire UMP de la ville, Jean-Pierre Bechter, évoque des actes « ignobles, incompréhensibles et stupides » dans un communiqué diffusé ce matin. « Les enfants qui ne pouvaient être pris en charge par leurs parents ce jour ont été accueillis dans une classe de l'école maternelle adjacente»

 

Pour le député socialiste de l'Essonne, Carlos Da Silva, « [m]alheureusement, notre commune et ses habitants sont une nouvelle fois les victimes de criminels incendiaires ». Les policiers de la Sûreté départementale ont été saisis de l'enquête. 

 

 

(via Le Parisien)