Corée : La BnF contre les manigances géostratégiques de Sarkozy

Clément Solym - 19.11.2010

Edition - Bibliothèques - manuscrits - royaux - corée


Petit souci : bon, d'accord, Kouchner a dégagé, mais Nicolas a repris le dossier des manuscrits royaux coréens. « Cette question va trouver son épilogue. Ces documents ont vraiment attrait à l'identité coréenne. Pour être royaux, ils sont politiques. Des engagements avaient été pris », expliquait l'ex-hyperprésident. (notre actualitté)

Sauf que non... Du tout. Si la formule trouvée consisterait en un prêt de 5 années reconductible, finalement le personnel de la BnF qui a la charge de ces ouvrages depuis 1987 n'est pas tout à fait du même avis. Dans un communiqué diffusé sur Libération.fr, on apprend que la décision présidentielle a été prise « contre l’avis de la Bibliothèque et contre l’avis du Ministère de la Culture qui depuis des années ont toujours plaidé pour des formules de retour avec réciprocité ou contrepartie ». Eh oui, parce que les biens de la BnF sont inaliénables...


Donc, ça ne va pas du tout. Parce que la BnF serait ainsi dépouillée de livres d'une très grande valeur, dont elle a assuré la conservation et tout le service après-vol après-vente. Tout en mettant les ouvrages en question à la disposition des chercheurs durant toutes ces années, « témoignant ainsi de sa grande considération pour le patrimoine des cultures étrangères et de son désir de le mettre au service de tous ».

Remettant en cause la décision du prêt renouvelable, le personnel de la BnF estime donc que les retours des ouvrages ne seront que trop rares et impacteront la France, et les personnes désireuses de les consulter.

En outre, ce serait la porte ouverte à toutes les fenêtres, puisque cet acte « ne manquera pas de conforter, voire de susciter, des revendications de restitution que certains pays présentent de façon toujours plus soutenue aux archives musées et bibliothèques partout dans le monde ».

Et d'accuser une « subordination croissante et préoccupante des politiques patrimoniales et du droit » au profit de considération économique ou géostratégique...