Corée : les manuscrits royaux renvoyés chez eux

Clément Solym - 15.04.2011

Edition - Société - manuscrits - royaux - coréens


En 1866, des militaires français s’emparaient de près de 300 manuscrits coréens et en brûlaient 5000 autres de la bibliothèque de l’île de Ganghwa. Ceci en représailles à l'exécution d'un prêtre français.

145 ans plus tard et après une vingtaine d’années de négociations, la France a finalement accepté de restituer les manuscrits volés à leur pays d’origine. Toutefois, la Bibliothèque nationale de France, qui les conservait depuis, n’était pas de cet avis (notre actualitté) ce qui n’a ─ encore une fois ─ pas facilité les choses.


Mais finalement, le retour des manuscrits royaux s’est concrétisé, puisqu’un premier lot de 75 documents est arrivé hier en Corée et que le reste de la collection devrait suivre d’ici à la fin du mois de mai, selon The Canadian Press.

« Par cette restitution, la Corée du Sud et la France sont devenues des amies plus proches qui se font encore plus confiance », a déclaré Choung Byoung-gug, le ministre sud-coréen de la culture.

Par ailleurs, le retour des manuscrits devrait « permettre des échanges culturels accrus, notamment dans le cadre de l'organisation d'années culturelles croisées en 2015-2016, à l'occasion du 130e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Corée ». En espérant que l’année de la Corée aura plus de chance que l’année du Mexique.

Tout est bien qui finit bien donc : les manuscrits volés sont rendus, les fautes expiées et les liens resserrés entre les deux pays. On précise tout de même que loin d’un don, il s’agit en vérité d’un prêt, renouvelable tous les cinq ans….

Généreux, n’est-ce pas ?