Coup de froid sur les ventes de mémoires des stars

Clément Solym - 04.12.2009

Edition - Economie - coup - froid - vente


L'accueil réservé aux mémoires de célébrités est plutôt froid, en phase avec la période hivernale et de nombreux éditeurs tirent la sonnette d'alarme. Une chute d'autant plus inquiétante et inhabituelle à l'approche des fêtes de fin d'année pour lesquelles ces livres offraient des garanties aux éditeurs.

Après avoir réalisé de nombreuses avances pour des autobiographies, les éditeurs peinent à entrer dans leurs frais et se voient contraints de reporter certains projets. Kate Moss aurait bénéficié d’une avance de 1,3 million € pour écrire ses mémoires. Britney Spears demanderait 8 millions de dollars...

La maison d'édition d’Hachette UK a tranché et préféré annoncer des coupes dans ses dépenses dédiées aux autobiographies de stars, pour se consacrer à la fiction.

Les ventes de mémoires chutent de manière spectaculaire, davantage que celles d’essais. « Les ventes sont en baisse d'environ 25 ou 30 % cette année, en plus de la baisse du marché du livre en général », a déclaré Tom Weldon, le directeur général adjoint de Penguin UK.

À qui la faute ? Aux éditeurs ayant surexploité ce filon ou aux stars en manque de révélations et d'inspiration ? Ou simplement au fait que les gens écoutent ce qu'on leur dit en expliquant que ces livres, souvent écrits par des nègres, sont tout sauf des ouvrages à lire, parce ce qu'ils ne sont pas simplement pas ce qu'ils semblent être.

Le vote du public atteste que nombre d'autobiographies sont contournables. Les choix des lecteurs de l'après crise sont mesurés, raisonnés et moins impulsifs. Comme les éditeurs, ne prenons pas trop de risques, mais nous suivons avec intérêt cette tendance à bouder les frasques ou les souvenirs triviaux de célébrités au profit d’autres œuvres.