Courtemanche retiré du prix Archambault

Clément Solym - 26.11.2010

Edition - Société - dotation - Montréal - Quebecor


 L'auteur Quebecois Gil Courtemanche faisait partie, avec son livre Je ne veux pas mourir seul, des finalistes du prix Archambault. L'homme avait annoncé son souhait d'être retiré de la liste.

C'est maintenant chose faite, les organisateurs ayant entendu sa demande. Le romancier québécois, comme nous l'annoncions avant hier, voulait ainsi se rebeller contre la société Quebecor. Celle-ci détient les librairies Archambault, organisatrices du prix. Ainsi que Le Journal de Montréal, un des plus populaires au Québec.


C'est d'ailleurs là que le bat blesse. Ayant échoué à renouveler la convention collective, le groupe maintient la rédaction du journal hors circuit. Ce qui n'en a pas empêché une partie de lancer le site Rue Frontenac. Quoi qu'il en soit, solidaire des 250 employés du journal, Courtemanche ne voulait postuler au prix.

« Nous trouvons malheureux que Gil Courtemanche ait décidé de se retirer des Grands Prix littéraires, nous avons entendu sa demande et la respectons », a simplement indiqué dans un communiqué le vice-président principal, groupe vente au détail d'Archambault, Denis Pascal.

Courtemanche avait aussi appelé les autres écrivains nommés au prix à suivre son exemple. Il semble cependant que la dotation de 10.000 $ en ait fait réfléchir plus d'un.