Couverture raciste : l'art de couper les cheveux (afros) en quatre

Clément Solym - 16.12.2009

Edition - Société - couverture - raciste - couper


Un problème assez inédit s'est posé cette semaine au magazine pour professionnels Publishers Weekly, l'équivalent de Livres Hebdo outre-Atlantique, puisque sa couverture a fait particulièrement jaser, notamment via Twitter.

La revue titrait en effet avec une photo plutôt réussie Afro Picks, en référence à la littérature afro-américaine dont il était question dans le numéro. Oui, mais voilà, bien que la photo tirée du livre Posing Beauty, de Deborah Willis ait servi de modèle, il semble que les commentaires n'ont pas apprécié ni le jeu de mots, ni ses connotations.

La couverture a été ouvertement accusée de racisme, contraignant le magazine à s'excuser ouvertement sur son site internet.

Le directeur éditorial, Brian Kenney : « Mes excuses à toute personne qui s'est sentie offensée par notre couverture - ce n'était certainement pas notre intention. » Et dans le même temps, il se félicite de ce que son magazine ait pu attirer autant l'attention, et notamment sur le travail du photographe.

Picks établit un parallèle entre le mot 'images', pics et le verbe 'to pick', choisir ou gratter. Mais surtout, les espèces de peignes utilisés encore par des chanteurs hip-hop, justement dans le cadre de coupes de cheveux dites afro avec un maximum de volume.

L'occasion de constater que vraiment, les Américains ne sont pas des gens comme nous. Bien qu'ils n'aient pas grand-chose à nous envier sur les réactions idiotes...