CPI s'adapte à la demande

Clément Solym - 23.01.2010

Edition - Société - CPI - évolution - imprimerie


Ayant bien senti le vent tourné, le groupe français d’imprimerie met en place un plan de modernisation de ses entreprises de grande ampleur. Ce recadrage pour répondre à des demandes se concentrant de plus en plus sur des faibles et moyens tirages se poursuivra jusqu’en 2011.

Si l’on connaît peu les trois lettres dénommant l’ensemble du groupe, on a, en revanche, l’habitude de voir écrit le nom des différentes entreprises du groupe sur les livres que nous lisons : Bussière, Brodard et Taupin, Aubin imprimeur, Hérissey, France-Quercy et encore Firmin Didot.

Face à une demande accrue en faibles tirages, le groupe s’adapte. Cette évolution va entraîner la création de 40 nouveaux postes mais aussi la perte de 120 emplois en parallèle. Cependant, les employés ne sont pas pris de court. Il reste à chacun d’arriver à trouver sa voie dans ces nombreuses mutations.

L’imprimerie Bussière, à Saint-Amand-Montrond (Cher) va subir une métamorphose importante. Jusqu’à présent, cette entreprise produit chaque année 70 millions de titres, essentiellement au format poche. Deux nouvelles presses numériques devraient y débarquer prochainement pour assurer l’impression de faibles tirages. D’autre part, une nouvelle rotative ainsi qu’une chaîne de brochage sont prévues pour le site de Brodard et Taupin, à La Flèche (Sarthe).

Le groupe CPI est présent dans cinq pays à travers seize imprimeries, dont six dans l’hexagone. Il représente un total de 4000 salariés.