Créer des surveillants-tuteurs avec les emplois-tremplins (Pécresse)

Clément Solym - 11.01.2010

Edition - Société - surveillants - tuteurs - emplois


Ce week-end, nous avons appris la mort d'un lycéen poignardé dans le Val-de-Marne, décédé des conséquences de ses blessures. « Ce qui s'est passé hier, ce n'est pas un affrontement entre bandes, une affaire de racket, c'est une affaire absolument terrible de banalisation d'une violence quotidienne, c'est un différend entre deux jeunes de 18 ans qui, il y a quelques années, aurait tourné en une petite bagarre à la récréation, et là, s'est terminé par un coup de couteau et un mort », avait commenté Luc Chatel.

En réaction à une situation intenable, la ministre de l'Enseignement supérieur a décidé de prendre sur les financements destinés aux « emplois-tremplins non pourvus pour recruter des surveillants-tuteurs régionaux et renforcer la sécurité dans les lycées ».

Dans un communiqué émanant de Valérie Pécresse, mais adoptant cette fois la casquette de tête de liste UMP pour les régionales, elle s'avoue « profondément émue », et estime que la sécurité dans les établissements scolaires de région parisienne nécessite que l'on « dépasse les clivages politiques ».

À compter de janvier, les 5000 emplois-tremplins pourraient donc devenir des poste de « surveillants-tuteurs », attendu qu'aucune affectation n'a pour le moment été donnée.

« Alors que l'Éducation nationale a recruté de son côté 3.800 médiateurs de la vie scolaire cette année et sans attendre les échéances électorales à venir, la région Île-de-France pourrait ainsi, dans le cadre de ses compétences, renforcer l'encadrement dans les lycées », ajoute Valérie.

Leur fonction dans les lycées serait « d'encadrer et de conseiller les lycéens dont les difficultés de comportement sont connues et repérées ». Belle idée...