Crimes, polars, suspens : Mary Higgins Clark, la reine du genre

Victor De Sepausy - 01.02.2020

Edition - International - Mary Higgins Clark - reine suspens livres - mort Higgins Clark


À l’âge de 92 ans, la romancière multimillionnaire est morte, comme le confirme son éditeur américain Simon & Schuster dans un bref message. Mère de cinq enfants, Mary Higgins Clark aura connu un succès exceptionnel dans l’édition, créant presque le genre dans lequel elle s’est épanouie toute sa carrière durant.


Mary Higgins Clark - Rhododendrites, CC BY SA 4.0
 

« Croyez-moi, on ne s'en sort pas en vendant des histoires courtes, avec cinq enfants à élever. J’ai donc commencé à écrire des scripts pour la radio, afin de gagner ma vie, et cela m’a en fait beaucoup appris sur l’écriture », assurait-elle dans un entretien à CNN en 2002. Des années plus tard et bien avant déjà, elle reste l'une des autrices de polar les plus aimées du public.

Mais elle travailla également comme standardiste dans un hôtel — où Tennessee Williams compta parmi les gens qu’elle croisa. Ou encore hôtesse de l’air pour la Pan America — aviation qu’elle finit par épouser, puisqu’elle se maria avec le directeur régional de Capital Airways, Warren Clark, en 1949. 

Durant cette période des années 50, elle écrit et publie quelques brèves histoires, mais le marché des magazines de fiction, les pulps, n’avait plus le vent en poupe. Elle avait pourtant l’imagination fertile, et envisageait dans l'un de ses textes un concours de beauté ou Elizabeth II, Jackie Kennedy et Grace de Monaco étaient en lice. 

Cet emploi de scénariste pour la radio, elle le décrochera peu après le décès de Warren Clark, en 1964. 

Car oui, Higgins Clark et ses 100 millions d’exemplaires vendus à travers le monde ont fini par submerger la planète. Depuis son premier ouvrage, paru en 1975 Where Are the Children, jusqu’aux dernières parutions, dont certaines furent écrites avec sa fille Carol, l’autrice fut prolifique. Elle fit également paraître des nouvelles, des mémoires et un livre pour enfants.
 

Notons que Where are the Children ne fut pas le véritable premier titre, mais le premier qui lui rapporta réellement de l’argent. En 1969, elle avait fait paraître Aspire to the Heavens, mais la maison d’édition fut rachetée entre temps, et le livre sombra, classé dans la catégorie Religion des librairies. Il fut réédité sous le titre Mount Vernon: A Love Story, des années plus tard. 
 
 

Au coeur des affaires humaines


L’histoire de Where are the Children repose sur une histoire réelle : une femme accusée d’avoir tué ses enfants, portrait qu’elle avait découvert dans un tabloïd. « Il semblait inconcevable pour la plus d’entre nous qu’une femme puisse faire cela à ses enfants », écrivit-elle dans ses mémoires. 

« Et puis j’ai pensé : imaginons qu’une jeune mère innocente soit reconnue coupable du meurtre délibéré de ses deux enfants. Imaginons qu’elle sorte de prison pour des raisons techniques. Puis imaginons que, sept ans jour pour jour, à son 32e anniversaire, les enfants de son deuxième mariage disparaissent. » Le livre était là. Et avec l’argent de ce premier roman, elle s’offrit une voiture

Toujours dans ses mémoires, elle raconta avoir fini son premier poème à l’âge de 6 ans, et que sa mère lui demanda fièrement de réciter devant la famille. La passion des mots fut précoce. Au lycée, elle tentait même de vendre des histoires au magazine True Confessions.

« Personne ne s’est autant lié, plus totalement, avec ses lecteurs que Mary. Elle les a compris comme s’ils étaient des membres de sa propre famille. Elle était toujours absolument certaine de ce qu’ils voulaient lire et, peut-être plus important encore, de ce qu’ils ne voulaient pas lire », assure Michael Korda, éditeur de Simon & Schuster. 



Commentaires
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.