Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Croissance fulgurante de l'ebook prévue pour 2013

Clément Solym - 24.12.2012

Edition - Economie - Lecture numérique - Etude GfK - Marché


Selon les résultats d'une récente étude menée par l'institut GfK, rapportés par Capital, la transition des habitudes de lecture, de l'imprimé vers le numérique, devrait passer à la vitesse supérieure dés l'année prochaine. Tandis que les ventes de livres papier essuient un recul croissant depuis 2011, et notamment de 4,4 % en 2012, celles d'ebooks représenteraient 21 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année et pourraient atteindre les 55 millions en 2015 (+ 162%). L'institut Xerfi annonce même une prévision de 206 millions d'euros pour cette échéance.

 

 

 Creative Commons 2.0 via Flickr

 

 

Le numérique se trouve en plein boom

 

La tendance, déjà annoncée à plusieurs reprises au cours de l'année, découlerait notamment de la baisse des prix des appareils de lecture numérique, comme les ereaders, les tablettes et autres smartphones... dont les performances s'améliorent avec le temps. Mais également d'une offre élargie de titres au rayon ebooks.

 

On estime aujourd'hui entre 60.000 et 70.000 les titres disponibles au format numérique en français, 10% de l'ensemble des références disponibles selon le SNE, or comme le rappelle Laurent Picard, de chez Bookeen : « Sans contenu, pas de marché possible. Aux Etats-Unis, après la baisse du prix des tablettes, les éditeurs ont numérisé leurs ouvrages et le marché a décollé. En France, il s'envolera dès qu'il y aura plusieurs centaines de milliers d'ouvrages disponibles. »

 

Etant partis de très bas, le Syndicat National de l'Edition indiquait qu'ils représentaient 0,7 % du secteur en 2010, les chiffres du livre numérique ne pouvaient que connaître une croissance élevée. Et si le développement du marché nécessite des investissements conséquents, il semblerait que tous les acteurs de l'édition se tournent vers l'ebook.

 

Pour ce qui concerne le boom des terminaux de lecture, GfK annonce qu'il devrait se vendre 3,4 millions de tablettes, dont une majorité d'iPad, cette année. Et près d'un foyer sur trois en serait équipé en 2013.

 

Le papier a encore de beaux jours devant lui

 

Parmi les freins au développement des ventes de livres numériques, le prix de l'ebook par rapport à l'imprimé reste trop cher aux yeux des consommateurs. D'ailleurs, on constate que 42% des lecteurs numériques acquièrent des livres gratuits tandis que 37% d'entre eux dépensent moins de 8 euros par achat.

 

Le livre numérique ne représente actuellement qu'une goutte d'eau dans l'océan de l'industrie du livre : la situation était la même en Grande-Bretagne il y a peu, où l'ebook représente aujourd'hui 7 % des ventes de livres, en volume. (voir notre actualitté) Et si la tendance se tourne vers le numérique, le traditionnel format imprimé garde de beaux jours devant lui. On le préfère encore pour ce qui concerne notamment les beaux livres et les romans (pas toujours pratiques à lire pendant des heures face à un rétroéclairage).

 

Anne Trager, fondatrice de Le French Book, maison d'édition américaine spécialisée dans l'ebook, résume : « Le plus probable est que les deux formats vont continuer de cohabiter, car ils sont complémentaires. Avec le temps, les livres papier deviendront des produits de luxe. En ce qui nous concerne, nous ne nous interdisons pas de faire un jour du “print”. Notre objectif est avant tout d'éditer des livres, quel que soit leur support. »