Croix gammées et injures découvertes dans des livres sur l'islam et le Coran

Cécile Mazin - 28.11.2016

Edition - Bibliothèques - croix gammées livres - bibliothèque vandalisme injures - enquête police dégradation


Si Thanksgiving et l’approche de Noël devrait ramener à des sentiments de paix, les personnes de mauvaise volonté ne manquent pas. Pour preuve, les dégradations subies par la bibliothèque publique d’Evanston. Croix gammées, injures raciales : plusieurs livres ont été littéralement vandalisés...

 

 

 

Evanston est une petite ville de l’Illinois, située sur les rives du lac Michigan. On y recensait moins de 75.000 habitants, et surtout, un certain bien-vivre. La bibliothèque principale avait ainsi accueilli une manifestation tournée autour des cultures du Moyen-Orient, dans le cadre du programme d’études de la Northwestern University. 

 

Des livres ont alors été sélectionnés pour accompagner les réflexions et les échanges – de sorte que les participants et les spectateurs puissent avoir matière à approfondir leur curiosité. Mais en établissant leur choix, les bibliothécaires ont découvert plusieurs obscénités, très récentes.

 

« [Nous] avons vérifié la section des livres et en avons trouvé plusieurs autres qui avaient également été défigurés avec des croix gammées et des insultes raciales. Ce n’était pas le cas voilà une semaine, quand d’autres bibliothécaires ont présenté notre collection sur ces sujets à un musulman », raconte Lorena Neal, qui travaille dans l’établissement.

 

La police a été saisie de l’affaire, avec un constat simple : les huit livres couverts de graffitis et de messages racistes portaient sur tous l’islam ou le Coran. Le problème pour l’enquête vient de ce qu’un seul des huit ouvrages avait été récemment ouvert. Certains n’avaient pas été consultés ni exposés depuis 2015, voire 2014. 

 

Vandalisme antisémite en médiathèque : Joann Sfar blasé, “vingt ans que ça dure” 

 

« La découverte de graffitis sur des livres traitant de l’islam est troublante », assure la bibliothèque dans un communiqué. « La liberté d’expression est une chose. Défigurer des textes sacrés et ouvrages traitant de la religion en est une autre. Ceux qui seront prix en flagrant délit de destruction des documents de la bibliothèque seront poursuivis à travers toutes les solutions légales », avertissent les responsables.

 

En France, le ministère de l’Intérieur a confirmé récemment que des attentats prévus pour le 1er décembre avaient été déjoués. L’un des endroits visés était manifestement une médiathèque.